Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

19
Cuivrée de Mormal - Theillier
Ypres - De Struise
Zona Cesarini –Toccalmatto
Série noire – Pays Flamand
Pais et Vree - De Molen
Kabert - De Struise
Bracia - Thornbridge
Techno – Elav
Tomahawk - Mikkeller
Belle Fleur –van de korenaar
West Coast IPA - St-Feuillien
Grunge IPA – Elav
Open et Bloot - De Molen
Lussuria – Fenice
Rotten Skull - Chevreuse
Chocolate vanilla Stout – Titanic
Sex Ale Rock Roll - Ste Crucienne
Lou Pepe - Cantillon
IPA - Mont Salève
Mariage Parfait 2008 Kriek Boon
Abstrakt AB :06 - Brewdog
Sorachi Ace - Mikkeler
Mooi Meedogenloos – De Molen
Old Engine Oil - Harviestoun
Avalanche - Fyne Ales
My name is Beastie - BrewDog
Rodenbach Caractère Rouge
Brugs X4 - Straffe-Hendrik
Oude gueuze – Hanssens
Past Masters – Fuller’s
Nelson Sauvin - Brewdog
Paradox Jura - Brewdog
Triple brune IPA - Fleurac
Scottish Stout - Belhaven
18
Troubadour Westkust
Mademoiselle - Mont Salève
Jackhammer – BrewDog
Alive and Kicking - De Molen
Cascade - Corrézienne
Hophophop Mozaic - Corrézienne
Temptation – Durham
Hurricane Jack - Fyne Ales
Viven Imperial IPA
Jarl - Fyne Ales
Trashy blonde – Brewdog
Dordogne Valley - Corrézienne
Bavaisienne - Theillier
Ruby Mild – Brasserie Rudgate
Renaissance - Dochter van Korenaar
Cuvée Jeun’homme – De Leite
Innovation - Adnams
Xmas Zinnebir – De la Senne
Ø Brun – Brasserie Nogne
Dragonhead – Orkney
Triple Chocoholic – Saltaire
Bloed, Zweet et Tranen – De Molen
Tricerat’hops –Trimartolod
Celt Bleddyn 1075
The Saints Whisky Beer
Hazelnut Coffee Porter - Saltaire
Tsarina Esra - De Molen
Hoppy Christmas - Brewdog
Grand Cru Oud Bruin - Strubbe
Rouge - Corrézienne
Hel et Verdoemenis – De Molen
Viven Porter - Van Viven
SchuppenAas – Anders
Barbe Noire - Verhaeghe
Alice Porter - BrewDog
Vital Spark - Fyne Ales
Qantelaar – d’Oude Maalderij
Red Mac Gregor –Orkney
Cowboy et Indien – Fleurac
Rasputin – De Molen
Ohara’s Double IPA - Carlow
Libertine Black Ale - BrewDog
Black Albert - De Struise
1845 - Fuller's
Ernestine - Goutte d'Or
Black Cab – Fuller’s
Iconoclastic amber ale - Brewdog
Tickle Brain – Burton Bridge
Hardcore IPA - Brewdog
KlevereTien – Schelde
Mer Meg - Flash
Iris - Cantillon
Good Times - Williams
Gypsy Rose - Sainte Hélène
Christmas Porter – Brewdog
Gueuze – Girardin
Raspberry Blonde – Saltaire
Old Style Porter - St Peter's
Old Crafty Hen
Oude Geuze - Drei Fonteinen
Kill your Darlings - Thornbridge
Midnight Sun - Williams
Bière de l'ours - Dunham
Abt 12 - Sint Bernardus
Matildica - Millevertus
Honey Porter – Saint Peter’s
Strong Suffolk Vintage Ale
Chimay triple - Ab. Scourmont
Tokyo - BrewDog
Broadside - Adnams
Citra - Brewdog
Burns Ale - Belhaven
17
Funnel Blower –Box Steam
IPA - Brasserie de la Cère
Bird and bees - Williams
Noire - Corrézienne
Lichtervelds Blond –de Dolle
La frangine –La Semois
Dead Pony Club - Bewdog
Amiral Benson - Mont Salève
Single hop Mandarina – Corrézienne
I beat You - Mikkeller
Ghost Ship - Adnams
Poacher’s Choice - Badger
Red Kite - Black Isle
Neudorf Red Ale - Brasserie Bendorf
Barbe d'or - Verhaeghe
Oud bruin - Brasserie Strubbe
Kollane Lill – Bendorf
Kinder Downfall – Buxton
Havane Nocturne – Berylium Erbium
Spooks Ale - Shepherd Neame
Grand Cru Bruocsella - Cantillon
Cordiale - Brasserie Mobsby
Evensong – Durham
King Goblin - Wychwood
Vieille Kriek - Oud Beersel
Oak age Ale 2008 - Rodenbach
No Santa - Brewdog
Braven Apostel - De Proef
Bramling X - Brewdog
Bitter –Butcombe
Dark Island - Sinclair Breweries
Agent provocateur - Craig Allan
Chaleureuse - Corrézienne
Chargeoise Louisette - Rente Rouge
Anosteké - Pays Flamand
Alpha Dog - Brasserie Bewdog
Brune - De Rulles
Zinnebir - De la Senne
Tally Ho - Adnams
Maverick - Fyne Ales
Ruby Red Ale - St Peters
Brugs Zot Tripel
Old Peculier – Theakstons
Stouterik - De la Senne
Raven Ale – Orkney
Red alert – Arti brassage
Cream stout - St Peters
Experience - Mobsby
Weltmerz 2010 - De Struise
Coq - Brasserie Mobsby'S
Floreal - Corrézienne
Proper Job - St Austell
Apocalypse Now - Sainte Crucienne
Quadrupel – La Trappe
Sick & Tired – Elav
Apollo – Arti brassage
Dark Lord – Batemans
Cuvée des Jacobins - Bockor
Kriek - Cantillon
Golden Pride – Fuller’s
Suffolk Smokey - St Peter's
English Pale Ale - Buxton
Triple - Ebly
Tonnerre de Bresse
O' Hara's Leann Follain
London Porter – Fuller’s
Cuvée brut - Liefmans
Chockwork Orange – Brentwood
Organic Ale - St Peter's
Nightmare – Hambleton Ales
Summer Lightning - Hop Back
IPA - St Peters
Chargeoise aparté - Rente Rouge
Ohara’s Irish Stout
Kapittel Dubbel - Van Eecke
Triple - Brasserie Brakspear
Saint Ambroise - McAuslan
Carolus Christmas - Het Anker
Highlander - Fyne Ales
El Dorado - BrewDog
Charbonnière - Goutte d'Or
Best Bitter - St Peters
Oldspeckledhen
Leffe Triple - Inbev
Rooster - Frères Williams
16
Battle Axe – Brasserie Rudgate
Captain Smiths – Titanic
Victory Ale – Batemans
Xtrem Columbus – De Proef
Pannepot 2009 - De Struise
Magus – Durham
Unofficial Beer of halloween
Christmas Ale - Corsendonk
Framboise – Girardin
Marzen - Schlenkerla
The American Dream - Mikkeller
Fruit Beer - Brasserie Belhaven
Oude Gueuze – Moriau
Beerzone - Val'aisne
Reinaert Grand Cru - De Proef
Rosé Gambrinus - Cantillon
Golden Champion - Badger
McCallum's Stout - Belhaven
Pater 6 - Sint Bernardus
Vieille Gueuze - Oud Beersel
Double Chocolate Stout
Blacksheep Ale
Christmas Ale - Sint Bernardus
Rouge Flamande –Thiriez
Molenbier –De Molen
La Divine -De Silly
John Martin's Pale Ale
Route des épices - Dieu du ciel
Dogma - BrewDog
Troubadour Obscura
Greene King IPA (Export)
Blikken et Blozen - De Molen
Guldenberg - De Ranke
Bavaisienne ambrée - Theillier
Oude Geuze - Boon
Livinus - Van Eecke
Alba - Williams
Very Special Old Pale - Marston’s
Griffon - McAuslan
Piper’s Gold - Fyne Ales
Cuvée René Kriek - Lindemans
Mocha – Batemans
Svea ipa - De Struise
Roisin - Frères Williams
Arabier - De Dolle Brouwers
Gueuze - Cantillon
IPA - Fuller's
Prohibition - Brasseurs et Frères
Celebration – Sainsbury’s
Wambrechies - Claeyssens
Vision dionysiaque – Berylium Erbium
Amber Ale – Buxton
Amarante - Millevertus
Cochonnette – A Vapeur
Hildegarde Ambrée – St Germain
Wildcat - Cairngorm
Watou Tripel - Sint Bernardus
Troubadour Magma
Piet-Agoras - Het Alternatief
Seven Giraffes - Frères Williams
Bitter - Adnams
Bombardier - Wells Bombardier
Pas Barley Wine - Sainte Hélène
Black Jack Porter
Brugs Zot double - De Halve Maan
Rodenbach Grand Cru
Fiche de dégustation


Brasseries Kronenbourg551

Brasseries Kronenbourg

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Biere Maison Brasseries Kronenbourg

Message par Lycoperde le 03.10.09 9:31

Rappel du premier message :

Sérieux accrocs pour la Kro
Passée sous pavillon écossais, puis danois, la plus célèbre des bières françaises
est à la peine dans les bars et les ­grandes surfaces.
Heineken, sa meilleure ennemie, en profite.


Cellule de crise sur ­Facebook. Alexandre s’engage à boire «5 litres de Kro par semaine» en signe de solidarité. Joris propose que cette blonde soit «remboursée par la Sécu». Quant à Mathieu, il se dit prêt à «acheter quelques packs, tout de suite, maintenant». Au total, plus de 15 000 internautes ont rejoint le groupe «Pour sauver Kronenbourg», créé après l’annonce, en octobre dernier, de 214 suppressions de postes chez le brasseur (20% des effectifs). «On ne peut pas abandonner notre bière préférée, confie Adrian, le jeune ingénieur à l’initiative de l’appel. Kro doit se relever !»

Mais comment ? Rachetées par le géant danois Carlsberg en janvier 2008, les Brasseries ­Kronenbourg (Kanterbrau, Grimbergen, 1664…) cherchent toujours la réponse. Depuis 2004, leur chiffre d’affaires a dévissé de 17%, passant de près de 1 milliard d’euros à 829 millions l’an dernier. Le brasseur se croyait-il intouchable en France ? Eh bien, c’est fini : en annonçant 914 millions d’euros de recettes dans l’Hexagone en 2008, son grand rival, le néerlandais Heineken (Pelforth, Desperados, Affligem…), l’a doublé sur ses propres terres. Certes, la Kro reste la bière la plus vendue en grandes surfaces. Mais, depuis quelques mois, elle rapporte moins que sa concurrente. Du jamais-vu. «Nous attendions ce moment depuis longtemps», confie avec un brin d’ivresse Frans Eusman, le patron de Heineken en France. A Strasbourg, au siège de Kronenbourg, on frôle la syncope : «Heineken ne devrait pas tant se vanter, rappelle un responsable. Nous sommes au coude-à-coude.»

Dès son arrivée en Alsace, le nouveau propriétaire a commis une première erreur : il a plaqué ses méthodes anglo-saxonnes sur le réseau des cafés-hôtels-restaurants, où s’écoule un petit tiers des volumes. Le VRP de ­Kronenbourg visitait le moindre bistrot une fois par semaine ? Pas assez rentable, ont jugé les consultants du cabinet BCG dépêchés à Strasbourg dès 2002. Les commerciaux ont alors reçu pour consigne de privilégier les gros comptoirs, c’est-à-dire ceux où la consommation dépasse les 15 hectolitres par an. Problème : alors que le marché britannique est dominé par les grands pubs, les petits établissements représentent en France les deux tiers des débits de boisson.

Comment prendre les ­commandes si le vendeur ne passe plus ? Un coup de fil ­suffira, a décrété la direction de S & N en installant à Nancy une centaine de télévendeuses. La recette, éprouvée au Royaume-Uni, devait permettre de «professionnaliser» la relation commerciale avec les bistrots. Un four… «Scottish a cru que le troquet gaulois pourrait gérer son stock comme le pub anglais, avec des tableurs Excel et des prévisions sur trois semaines, raconte un ancien chef de ­projet. Mais en France, quand le fût est vide, on appelle le commercial du coin pour se faire dépanner dans l’heure.» Et pas deux jours plus tard, comme ­répondait invariablement le call center. Résultat : selon une source interne, près d’un millier d’établissements sous contrat avec Kronenbourg seraient passés à la concurrence entre 2002 et 2006.

Il n’empêche : le symbole national a pris un coup dans le bock. Depuis un demi-siècle, la Kro faisait figure de boisson quasi officielle dans les troquets et les soirées foot. Pas seulement grâce à sa «légère amertume» et sa «jolie robe dorée», comme disent les fans. Mais surtout parce que Danone, qui était propriétaire de la marque depuis 1970, mettait la gomme sur sa blonde : matraquage publicitaire, présence massive en hypers, quadrillage des bistrots à coups de parasols gratuits et de contrats sur mesure.

«Nous étions les rois, confirme un ancien dirigeant : on dégageait 30% de marge, alors que Carlsberg se contenterait aujourd’hui de la moitié.» Quel était le souci pour Danone, alors ? A la fin des années 1990, le groupe s’est recentré sur les produits «bien-être», les eaux et les yaourts. Du coup, la «Kro Kro Kronenbourg» des chansons à boire faisait figure d’intrus au milieu des Actimel. En 2000, le numéro 1 français de la mousse a donc été vendu à l’écossais Scottish & Newcastle (S & N). Le début des ennuis.


Peut-être une partie de ces cafetiers seraient-ils malgré tout restés fidèles si le groupe n’avait multiplié, au même moment, les lancements hasardeux. Voyant que les 18-25 ans se détournaient de la bière pour les «premix», ces cocktails d’alcool et de fruits mixés, les dirigeants de S & N ont lancé leurs propres mélanges à base de bière. La Kro Punch, aromatisée au rhum et aux agrumes, a ainsi déboulé en 2004. Suivie de la Kro Fizz, au gin et citron vert. Puis de la Vodoï, alliance improbable de houblon et de vodka. Autant de produits hybrides soutenus par de grosses campagnes de pub, autant de fiascos. «On a manqué de persévérance, regrette un ancien membre de la cellule innovation. Heineken a bataillé cinq ans pour imposer sa Desperados à la tequila. Chez nous, passé six mois, une nouveauté laissait place à une autre.»

Peut-être une partie de ces cafetiers seraient-ils malgré tout restés fidèles si le groupe n’avait multiplié, au même moment, les lancements hasardeux. Voyant que les 18-25 ans se détournaient de la bière pour les «premix», ces cocktails d’alcool et de fruits mixés, les dirigeants de S & N ont lancé leurs propres mélanges à base de bière. La Kro Punch, aromatisée au rhum et aux agrumes, a ainsi déboulé en 2004. Suivie de la Kro Fizz, au gin et citron vert. Puis de la Vodoï, alliance improbable de houblon et de vodka. Autant de produits hybrides soutenus par de grosses campagnes de pub, autant de fiascos. «On a manqué de persévérance, regrette un ancien membre de la cellule innovation. Heineken a bataillé cinq ans pour imposer sa Desperados à la tequila. Chez nous, passé six mois, une nouveauté laissait place à une autre.»


J'ai toujours aimé le moyen age... peut-être parceque je n'y ai pas vécu. On s'en tire une au fût quand même.

Lycoperde
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 325
Houblons (gr): 107
Estime: 64
Activité: Tout Grain
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Doppelbock

Revenir en haut Aller en bas


Biere Maison Re: Brasseries Kronenbourg

Message par Salomon le 21.06.10 5:13

La production se monte à environ 6 millions d’hectolitres, ce qui représente plus de 2,4 milliards de bouteilles. Dans ses trois salles de brassage sont concoctés quinze moûts différents (mélange des trois ingrédients de la bière, malt, eau et céréales).

Les Brasseries Kronenbourg ne sont pas présentes ce week-end, au Mondial de la bière, en raison d’un désaccord avec certains brasseurs alsaciens, qui souhaitaient avoir leur propre stand et pas seulement un stand commun aux Alsaciens comme cela avait d’abord été convenu.


Une 3 monts dans le verre et une 3 monts dans la fondue. Zou !

Salomon
En dégustation


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt récupération des levures commerciales Fermentation haute Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 33cl
Messages: 1192
Houblons (gr): 107
Estime: 267
Activité: Tout Grain
Récup levures: Oui
Brassins par an: 10
Culture du houblon: Oui
Bière préférée: Trashy blond
Matériel: Gamelles e-bay
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg gagne 0,3 point de parts de marché

Message par Invité le 22.06.10 12:40

De janvier à avril 2010, la marque Kronenbourg a gagné 0,3 point de parts de marché sous l’effet du lancement largement soutenu de Sélection des Brasseurs. La signature leader en volumes du segment a pesé, avec toutes ses extensions, 21,8 % des sorties caisses d’hypers et de supers sur les quatre premiers mois de l’année selon le panéliste IRI cité par les Brasseries Kronenbourg.

1664 et Grimbergen se renchérissent également de 0,1 point de part de marché chacune pour représenter respectivement, sur la période, 9,7 % et 1,7 % des sorties du rayon.


Source :
http://www.rayon-boissons.com/Actu-Flash/Biere-Kronenbourg-gagne-0-3-point-de-parts-de-marche

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasseries Kronenbourg

Message par Thérence le 11.07.10 13:51

Belle campagne.
C'est la première fois qu'ils communiquent en montrant les hommes et les femmes qui font l'entreprise.
Cela rapproche le consommateur par rapport au produit.
Pour les brasseries artisanales c'est la même chose quand il y a une photo du brasseur, l'impact est beaucoup plus fort.

Thérence
En refroidissement


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt récupération des levures commerciales Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 33cl
Messages: 162
Houblons (gr): 68
Estime: 37
Activité: Tout Grain
Culture du houblon: Non
Bière préférée: De Dolle

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Bières : Les Brasseries Kronenbourg récupèrent 20 % des volumes de production de Feldschlösschen en Suisse

Message par Tarabiscote le 08.09.10 7:52

Bières : Les Brasseries Kronenbourg récupèrent 20 % des volumes de production de Feldschlösschen en Suisse

Source : rayon-boissons.com

La presse Suisse s’est faite l’écho cette semaine de la fermeture d’un des sites de la brasserie Feldschlösschen à Fribourg en Suisse. La filiale du groupe Carlsberg voit en effet ses volumes migrer vers le site de production de Rheinfelden où sera produite sa bière historique Cardinal.

Tandis que 20 % des volumes du groupe suisse seront récupérés en production par les Brasseries Kronenbourg à Obernai (67). Soit au minimum 700 000 hectolitres. Une belle commande pour le site français qui se trouve en situation de surcapacité d’environ un à deux millions d’hectolitres.

60 000 hl au compteur de Kronenbourg Sélection des Brasseurs


« Il s’agit de la meilleure innovation bière de ces dix dernières années. » Six mois après le lancement de Kronenbourg Sélection des Brasseurs (KSB), la filiale française du groupe Carlsberg a tenu à faire le point. Et d’après les propos de Jean-Dominique Castellani, directeur commercial GMS, le premier bilan semble positif. 60 000 hectolitres ont en effet été vendus en hypers et supers depuis février 2010. La déclinaison haut-de-gamme de Kronenbourg représenterait ainsi 0,7 point de part de marché sur le rayon bières sur les quatre derniers mois.

Seuls 15 % des volumes seraient venus cannibaliser ceux de sa grande sœur Kronenbourg, contre 30 % escomptés dans le Business Plan des Brasseries Kronenbourg. « C’est une belle surprise, témoigne Jean-Dominique Castellani. D’autant que 50 % des volumes de Kronenbourg Sélection des Brasseurs apportent de l’additionnel à la catégorie. » Notamment grâce à la belle contribution du pack 20 x 25 cl. Autre source de réjouissance pour la brasserie : un quart des 550 000 foyers qui ont testé KSB l’ont racheté une seconde fois.

Ce succès ne sera pas sans suite puisque les Brasseries Kronenbourg prévoient déjà de décliner un nouveau produit dans la gamme Kronenbourg Sélection des Brasseurs. Peut-être en s’inspirant des brassins KSB de printemps, d’été et d’automne qui ont été lancés en CHR. Mais sur du fond de rayon, cette fois. Car le rayon bières a souvent bien du mal à gérer des références saisonnières.

Le beau démarrage de Kronenbourg Sélection des Brasseurs n’efface toutefois pas les difficultés rencontrées par la marque mère Kronenbourg. Laquelle a continué à perdre des parts de marché sur la saison alors que le premier quadrimestre s’était montré meilleur.



Dans le houblon tout est bon.

Tarabiscote
En bouteille


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 810
Houblons (gr): 32
Estime: 243
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Brassins par an: 5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Noël
Matériel: Blaguette magique !

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Avec sa nouvelle «Sélection des Brasseurs», Kronenbourg a visé juste. En six mois, le nouveau produit s'est établi à la tête des meilleurs lancements de bières depuis 10 ans. Le succès est au rendez-vous en grande distribution et en en consommation hors f

Message par Canarolus le 03.10.10 10:50

Avec sa nouvelle «Sélection des Brasseurs», Kronenbourg a visé juste. En six mois, le nouveau produit s'est établi à la tête des meilleurs lancements de bières depuis 10 ans. Le succès est au rendez-vous en grande distribution et en en consommation hors foyer.

Source :
http://www.ami-hebdo.fr/actualite/viewArticle.php?idArticle=1116


En mars 2010, Kronenbourg lançait à Paris, dans un atelier créé pour la circonstance, sa nouvelle production «Sélection des Brasseurs» en présence des maîtres brasseurs qui l'ont élaborée.

85% de nouveaux volumes

Six mois plus tard, c'est déjà l'heure du bilan. Non pas que les chiffres soient mauvais, bien au contraire. «Nous avons gagné 0,7 point de parts de marché et on estime qu'un lancement est réussi à partir de 0,2 ou 0,3 point. La Sélection des Brasseurs a le meilleur résultat depuis 10 ans en matière de nouveaux produits » affirme Jean Hansmaennel, le directeur de la communication de la brasserie du groupe Carlsberg.

En GMS (grandes et moyennes surfaces), Kronenbourg a vendu 1,1 million de packs et a conquis 550 000 consommateurs, soit deux fois plus que la moyenne constatée pour un lancement de bière, et à 57% ce sont de nouveaux acheteurs. «Pour nous, cela représente 85 % de nouveaux volumes, seulement 15 % des ventes se sont faits au détriment d'autres produits maison.

Et un quart des consommateurs a déjà racheté le produit, soit 10 % de plus que la moyenne enregistrée de manière générale en cas de lancement», ajoute Jean Hansmaennel. En consommation hors domicile (ou CHD, notamment en cafés, hôtels et restaurants), Sélection des Brasseurs se décline en un nouveau concept avec un brassin par saison et la «signature » d'un maître brasseur. A tour de rôle trois des vingt maîtres brasseurs maison ont eu l'occasion de définir la bière de la saison et 5 millions de demis ont déjà été vendus.






Les maîtres brasseurs en tête d'affiche

«Nos brasseurs sont présents dans la campagne publicitaire. Contrairement à beaucoup de campagnes, ce ne sont pas des acteurs qui apparaissent sur les dépliants et les documents publicitaires. Ce sont nos maîtres brasseurs qui ont élaboré le produit. Le brassin change avec la saison mais c'est un même ADN de goût qui se décline sur plusieurs produits. Il reste les caractéristiques de ce qui fait la bière Kronenbourg». Il faut entre trois et six mois de préparation pour un nouveau produit et c'est Stéphane Henry qui est responsable de la bière d'automne. «Riche et marqué par un goût prononcé de houblon, grâce à un houblon spécifique, le brassin a une amertume douce et fine» explique-t-il. Voulue «harmonieuse et généreuse », la sélection de la rentrée est proposée dans 4 000 bars, brasseries, hôtels et restaurants depuis le 1er septembre. Le succès de la Sélection profite pleinement à l'Alsace. La brasserie d'Obernai produit 7 millions d'hectolitres de bières par an, soit près de la moitié de la production totale de l'hexagone (15 millions).


Je ne suis pas très copain avec Charles VII, mais j'aime bien l'ambiance de la brasserie.

Canarolus
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation basse J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 393
Houblons (gr): 85
Estime: 92
Activité: Tout Grain
Brassins par an: 11
Culture du houblon: Non
Bière préférée: La Divine
Matériel: Trop long
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg réfléchit à lancer des «soft drinks»

Message par Maniguette le 23.10.10 10:16

Kronenbourg réfléchit à lancer des «soft drinks»


Face au déclin inexorable du marché français de la bière, son leader cherche à se diversifier.

Les brasseries Kronenbourg se préparent à chasser sur les terres de Coca-Cola, d'Orangina et de Pepsi. Numéro un de la bière en France, la filiale du groupe Carlsberg cherche en effet à se diversifier dans les soft drinks. Un segment alléchant : ce marché a enregistré l'an passé la plus forte croissance des produits de grande consommation (+ 8,7 %), à 1,9 milliard d'euros contre 1,5 milliard pour la bière.

Le marché de la bière, de son côté, a baissé de 20 % en volume en vingt ans. Kronenbourg n'a pas d'autre choix que de trouver des relais de croissance. Le groupe a identifié soixante-dix «pistes de croissance» en dehors de son cœur de marché, explique au Figaro Thomas Amstutz, qui a repris il y a deux ans les rênes des Brasseries Kronenbourg, qui comptent les bières Kronenbourg, 1664 et Carlsberg, les bières sans alcool Pure Malt et Tourtel, et le panaché Force 4.

Les soft drinks sont l'une des pistes explorées. Pas question, pour le moment, de lancer un «Kroca-cola». «Pour l'élargissement de notre portefeuille aux soft drinks, nous utiliserons notre savoir-faire brassicole et privilégierons des boissons fermentées, détaille Thomas Amstutz, C'est un moyen de répondre à des besoins aujourd'hui non satisfaits, comme ceux des femmes.» En Suisse, Kronenbourg a ainsi lancé une boisson brassée à partir de riz afin d'éviter l'amertume de la bière.

Pour Kronenbourg, leader en volume du marché de la bière en France devant Heineken, le constat est simple : «le marché, qui a baissé de 0,8 % à fin août, va continuer à reculer de 1 % par an». L'embellie de 2009, au cours de laquelle le marché s'était remis à croître (+ 1 %), était une exception. Le secteur a surtout été dopé par la météo favorable de l'été. Cette année, les mauvais mois de juin et d'août ont douché les espoirs des brasseurs.

Montée en gamme

Seule lueur au tableau : si le marché dégringole en volume, il ne cesse de progresser en valeur en grande surface depuis cinq ans. Cela conforte la stratégie de Kronenbourg. Le groupe poursuit sa conquête du cœur de gamme avec sa marque vedette «Kro», mais il s'attaque aussi au haut du marché avec sa bière Sélection des Brasseurs, 10 % à 15 % plus chère que la Kro. «Les Français sont prêts à dépenser plus pour avoir un meilleur goût», assure Thomas Amstutz, qui se réjouit d'avoir conquis de nouveaux buveurs de bière.

L'évolution reste disparate en fonction des régions. Si les Parisiens restent de petits buveurs de bière (17 litres annuels par habitant), ils s'y sont remis au cours de la dernière année (+ 9 % en Ile-de-France). De même qu'ils ont repris le chemin des bistrots. «C'est une tendance de fond vers l'authenticité», estime Thomas Amstutz.

Le groupe a vu son chiffre d'affaires progresser de 1,5 % au premier semestre, mais il revient de loin. Depuis dix ans, ses marques perdaient du terrain dans l'Hexagone. Au terme de la première étape de son plan d'action, Kronenbourg a freiné l'érosion de ses parts de marché. Au premier semestre, elles réalisent plus de 30 % du marché (en recul de 0,9 point, contre une baisse de 2,8 points en 2009). Sur l'ensemble de l'année, le groupe table sur une stabilisation de ses parts de marché et sur une croissance de 1,5 % de son chiffre d'affaires. Mais il redoute les conséquences de la flambée des cours des matières premières, au premier rang desquelles l'orge, dont les prix ont crû d'environ 70 % pendant l'été.

Source :
lefigaro.fr/societes/2010/10/21/04015-20101021ARTFIG00763-kronenbourg-reflechit-a-lancer-des-soft-drinks.php



J'ai lu un truc sur les méfaits de la boisson: du coup j'ai arrêté de lire.

Henny Youngman

Maniguette
En bouteille


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 501
Houblons (gr): 74
Estime: 140
Activité: Tout Grain
Récup levures: Oui
Brassins par an: +1
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Brigand IPA

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg envisage une augmentation de + 1,5 % à + 2 % de ses tarifs

Message par Callyo le 23.10.10 11:07

Kronenbourg envisage une augmentation de + 1,5 % à + 2 % de ses tarifs

Lors de la présentation de ses résultats commerciaux à la presse hier, Thomas Amstutz, PDG des Brasseries Kronenbourg a tenu à évoquer la flambée des coûts des matières premières. Suite aux problèmes climatiques survenus au Pakistan et en Russie cet été, le prix de l’orge brassicole aurait ainsi grimpé de + 60 % à + 80 %. « De par notre taille, nous allons pouvoir maîtriser une partie de cette hausse grâce à nos contrats à long terme, a précisé le dirigeant suisse. Reste néanmoins une augmentation que nous ne pourrons pas absorber entièrement. Nous allons déjà en prendre la moitié à notre charge. Le reste nécessitera une augmentation de tarifs de l’ordre de + 1,5 % à + 2 % ».

Côté résultats, les Brasseries Kronenbourg se réjouissent d’avoir réussi à réduire leur recul de parts de marché en volumes de – 0,8 point de janvier à fin août 2010, contre – 2,8 pts et – 3,3 pts les années précédentes. Le premier intervenant brassicole de France représente ainsi 30,9 % des volumes du marché (33,3 % de PDM en CHD, 29,6 % en hypers/supers/hard-discount). En grande distribution, Kronenbourg et Kanterbraü sont les deux marques responsables du recul de parts de marché du brasseur à raison de - 0,4 point pour l’une et – 0,5 point pour l’autre. Tandis que 1664, Grimbergen, Carlsberg et les autres (Guinness, etc.) ont réussi à stabiliser leurs positions.

Le redressement de 1664, de Grimbergen (notamment en CHR) et de Carlsberg permet néanmoins aux Brasseries Kronenbourg de progresser de + 1,5 % en chiffre d’affaires de janvier à fin août 2010. Ce CA s’établit à 813 millions d’euros en 2010. Grâce au lancement de Sélection des Brasseurs, même la signature Kronenbourg progresse en valeur : + 0,7 %. La rentabilité de la filiale française de Carlsberg se bonifie également aux dires de son PDG. Notamment grâce aux fermetures opérées ces deux dernières années par Thomas Amstutz et ses équipes des diverses structures satellites du brasseur, liées pour la plupart à son ancienne activité de distribution de bière en CHR, Elidis. « Mais le ménage est désormais terminé, confie le PDG. Et je suis heureux de pouvoir annoncer aux salariés de la brasserie que le résultat opérationnel de l’entreprise est en hausse. Ca fait plaisir en interne. »

Thomas Amstutz a par ailleurs confirmé à Rayon Boissons la fermeture du site fribourgeois de Carlsberg en Suisse. Et le rapatriement de 20 % des volumes de cette filiale de Feldschlössen vers le site français d’Obernai. Une belle aubaine pour les Brasseries Kronenbourg qui disposent encore d’au moins un à deux millions d’hectolitres de capacité disponible. « Pour autant, mes résultats ne seront pas jugés sur ces volumes supplémentaires mais bien sur ceux que nous commercialisons en France », tient à préciser Thomas Amstutz !

Source :
rayon-boissons.com/Bieres-Cidres/Kronenbourg-envisage-une-augmentation-de-1-5-a-2-de-ses-tarifs


Ils ont raison. Nos bières seront encore meilleures ('encore' dans le sens de davantage ...)

Callyo
En garde


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 376
Houblons (gr): 56
Estime: 134
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Bière préférée: Black Oil

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg stoppe l’hémorragie de parts de marché

Message par Faisswaf le 17.11.10 13:32

Kronenbourg stoppe l’hémorragie de parts de marché

Les Brasseries Kronenbourg (813 millions d’euros de chiffre d’affaires) devraient enregistrer une progression de leur chiffre d’affaires d’environ 1,5 % cette année.

Sur les neuf premiers mois de l’année, les principales marques du groupe sont en croissance en valeur : +0,6 % pour Kronenbourg, +0,5 % pour 1664, +12,8 % pour Grimbergen et +29,6 % pour Carlsberg, a récemment indiqué le groupe lors d’une conférence de presse.

Cependant, le premier brasseur français avec 40 % de la production française, continue de perdre de la part de marché : il recule de 0,8 point à 30,9 % sur l’ensemble du marché (grande distribution et consommation hors domicile). La marque phare, Kronenbourg, encaisse un recul de 0,7 points sur le début de l’année en grande distribution. « Nous avons réussi à stabiliser la perte de parts de marché » se félicite néanmoins Thomas Amstutz, le Pdg du groupe. Le recul est en effet moins prononcé qu’en 2008 (-1,6 point) et 2009 (-1,7 point).

Le groupe se targue d’avoir effectué, avec le lancement de sa bière Kronenbourg Sélection des Brasseurs, le meilleur lancement de produit des dix dernières années dans l’univers de la bière avec 1,1 million de packs vendus en GMS et 5 millions de demis servis en consommation hors domicile. « Nous avons énormément investi en communication sur ce produit. Nous avons gagné 0,7 point de part de marché, ce qui est énorme sur le segment de la bière, où une innovation réussie capte 0,2 à 0,3 % du marché. Notre satisaction, c’est que cette part de marché se maintient dans le temps », fait valoir le Pdg des Brasseries Kronenbourg.

Racheté par le danois Carlsberg en 2008, Kronenbourg représente environ 10 % de son chiffre d’affaires. Le groupe danois s’est fixé pour objectif de remettre les ventes en croissance, de réaliser un plan d’économies drastique, et de mieux valoriser le portefeuille de marques, notamment la bière Kronenbourg, première marque de bière vendue en France, mais qui souffre d’un déficit d’image. « Le groupe est très content des performances que nous enregistrons en France. Nous sommes en avance sur les plans d’économie, et en progrès sur le plan de la rentabilité », explique Thomas Amstutz.

Source :
usinenouvelle.com/article/kronenbourg-stoppe-l-hemorragie-de-parts-de-marche.N141635

Faisswaf
En ébullition


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt récupération des levures commerciales Fermentation haute Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 129
Houblons (gr): 33
Estime: 26
Activité: Tout Grain
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Triples
Matériel: Seaux

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg transfère ses services administratifs à Obernai (67)

Message par Invité le 01.12.10 7:52

Fermeture de l’outil de production en 2000, déménagement des équipes commerciales et marketing à Boulogne-Billancourt en 2008. Le siège social des Brasseries Kronenbourg de Strasbourg se vide petit à petit de ses salariés. Un autre projet le confirme : le départ des services administratifs vers Obernai (67), à 30 kilomètres de Strasbourg. Là où se trouve l’unique site de production du brasseur en France.

Dans le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace, la direction s’explique sur ce choix : « Nous avons décidé de poursuivre la mise en place d’une organisation plus lisible qui comprend le pôle brassicole à Obernai, le pôle marketing et ventes à Boulogne-Billancourt, et le siège social à Strasbourg. Dans ce cadre, 145 salariés des achats, de la comptabilité et des ressources humaines vont rejoindre Obernai. 80 personnes, des services de recherche et développement et de l’informatique, resteront au siège à Strasbourg. »

Source :
rayon-boissons.com/Actu-Flash/Bieres-Kronenbourg-transfere-ses-services-administratifs-a-Obernai-67





Pour la CGT, le siège de Kronenbourg ne doit pas être mis en bière. Le syndicat s'apprête à consulter les personnels, dans le cadre du transfert des services administratifs de Cronenbourg à Obernai. Annoncé vendredi par le groupe Carlsberg, propriétaire de la brasserie, le déménagement est prévu en 2012 et concerne 145 personnes. « Seules 80 salariés des services recherche et développement et informatique resteront à Cronenbourg, déplore Brigitte Perret de la CGT. Ils travailleront pour le groupe à l'international et non pour Kronenbourg directement. Nous ne serons plus que des prestataires pour le groupe. » Elle s'inquiète, à terme, d'une transformation du siège historique de Kro en simple adresse postale. Brigitte Perret dénonce aussi la multiplication depuis 1999 de plans de restructuration et de suppressions de postes dans la société. Selon elle, des actions ne sont pas à exclure. Contactée, hier, la direction de Kronenbourg n'a pas donné suite.

Source :
20minutes.fr/article/630959/strasbourg-des-inquietudes-siege-kro


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasseries Kronenbourg

Message par Eric421 le 06.12.10 10:34

Petit information en passant :


Ainsi, c'est à l'occasion du couronnement de la reine d'Angleterre et en hommage au fondateur qu'est lancée, en 1952, la fameuse Kronenbourg 1664 devenue 1664 en 1988. [...] En avril 2007, pour soutenir le lancement d'Extra Fine, la marque abandonne l'a(Kro)bate pour deux nouveaux ambassadeurs, les deux lions emblèmes de la marque qui ornent le logo. [...] (7) Ont été retirées du marché. les Kronenbourg Tradition anglaise (une bière ambrée de fermentation haute) ou allemande (bière blonde pur malt), la Kronenbourg Fizz, lancée en 2003, à base d'arômes de citron vert et de gin avec des notes d'agrumes et d'épices, la Kro Punch (5°), aux arômes de rhumet d'agrumes (2004), la Kronenbourg Extra 2,6°.

Source : Prodimarques



[La gueuze ... Ha ...]

Eric421
En fermentation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute Je suis novice. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 237
Houblons (gr): 46
Estime: 65
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: 7/
Culture du houblon: Non
Bière préférée: De struise

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison 1664 revoit le format de sa bouteille

Message par Lycoperde le 29.01.11 8:22

A mesure où le marché de la bière se valorise, les bouteilles gagnent en élégance. Peu de temps après l’annonce du lancement de la nouvelle bouteille internationale d’Heineken, 1664 se présente à son tour dans un flacon 25 cl plus élancé.

Communiquée sur les packs, cette évolution non négligeable en termes d’image de marque fera également l’objet d’une campagne de publicité spécifique. Laquelle met en scène un Arc de Triomphe allongé. Cette nouvelle bouteille 25 cl est adoptée par la 1664 standard, par 1664 blanc et à compter de septembre 2011 par 1664 Gold.

rayon-boissons.com/Actu-Flash/Bieres-1664-revoit-le-format-de-sa-bouteille-12442


J'ai toujours aimé le moyen age... peut-être parceque je n'y ai pas vécu. On s'en tire une au fût quand même.

Lycoperde
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 325
Houblons (gr): 107
Estime: 64
Activité: Tout Grain
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Doppelbock

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison 1664 signe son premier Millésime

Message par Jehan le 14.02.11 18:21

A mi-chemin entre la blonde et l’ambrée, la nouvelle 1664 a tout d’une bière de dégustation surfant sur la vague des bières de spécialités : sa couleur rousse, son goût complexe et très aromatique, son degré d’alcool (6,7°). Baptisée « 1664 millésime », cette innovation des Brasseries Kronenbourg vise à proposer chaque année une recette influencée par la récolte d’orge et de houblon de l’année.

Autre distinction, elle présente un rituel de dégustation se rapprochant de celui du vin : verre à pied évasé spécialement créé pour l’occasion, à ne remplir qu’à moitié et à faire tourner à la façon d’un verre de vin pour dégager tous les arômes de la bière. Kronenbourg assume ce concept jusqu’à faire de ce verre la vedette des packs proposés en GMS.

Contenant : packs 6 x 25 cl et 12 x 25 cl

Source :
rayon-boissons.com/Nouveaux-Produits/1664-signe-son-premier-Millesime-12799




En hiver brasse qui veut, en été brasse qui peut ... Source ?

Jehan
En garde


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 462
Houblons (gr): 36
Estime: 83
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Brassins par an: 5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: TKK
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison 1664 Millésime, Kronenbourg lance une bière de dégustation

Message par Invité le 18.02.11 13:11

Moi je trouve qu'au niveau marketing, c'est très bien vu.
Cela va tirer le produit vers le haut.( en terme d'image bien sur )

1664 innove avec le lancement de 1664 Millésime, une bière de dégustation. Élaborée avec le malt de la dernière récolte associé à un houblon aromatique, 1664 Millésime présentera, au fil des ans, de subtiles variations dans ses saveurs. Bière blonde d’une belle richesse aromatique, elle s’inscrit dans la lignée du Goût à la Française par 1664. Le brassin présente une mousse dense et crémeuse, couleur écrue et un liquide à la robe brillante or foncé et aux reflets orangés. Un verre élégant, spécialement élaboré pour apprécier la richesse aromatique de 1664 Millésime, sera également proposé aux amateurs de goût. 6,7° • GMS • 6×25cl : 4,10€


Source :
vodka-and-co.com/1664-millesime-kronenbourg-biere-de-degustation-10322



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison La 1664 – Monument de la bière française – une nouvelle expérience gustative

Message par Invité le 18.02.11 14:43

Fine fleur des Brasseries Kronenbourg et symbole d’excellence, de raffinement et de plaisir, la marque 1664, s’enrichit d’une nouvelle déclinaison haut de gamme : la bière de dégustation 1664 Millésime, présentée ici dans son premier brassin 2011.

Cette bière à la robe or foncé aux reflets orangés, à la mousse écrue dense et crémeuse et aux saveurs intenses de fruits mûrs et de caramel variera de façon subtile chaque année. C’est le caractère du malt de printemps de la dernière récolte (ici celui de 2010, légèrement torréfié, qui apporte rondeur et notes caramélisées) qui donnera à chaque millésime sa finesse particulière. Il est associé dans la recette au strisselspalt, le plus fin des houblons aromatiques, emblématique de l’Alsace, et à une levure riche en notes fruitées.


Cette nouvelle expérience gustative que propose la brasserie obernoise répond aux attentes d’un marché devenu exigeant et centré sur le plaisir du goût *. La valorisation et le développement du segment des bières de spécialité et de dégustation ces dernières années, illustre bien cette tendance. la 1664 Millésime est destinée aux amateurs d’une bière de qualité et aux « connaisseurs », consommateurs réguliers et éclairés de bières, qui prisent la découverte d’une nouvelle bière de caractère.

1664 Millésime sera proposée en pack de 6x25cl et 12x25cl, exclusivement en grandes et moyennes surfaces, dès le courant de ce mois.


Pour la petite histoire, la marque 1664 a été créée en 1952, en hommage à l’année de création de la brasserie Kronenbourg, le 9 juin 1664.

* En 1988, la marque dépasse la barre du million d’Hl annuel et s’affranchit de Kronenbourg : elle devient une bière premium, la 1664.
* Dans les années 90’s : la marque communique sur ses 4 chiffres dans les campagnes emblématiques « 4 chiffres, 1 bière » et « Le Grand Numéro ».
* En 2003, 1664 entame un partenariat avec Philippe Starck.
* En 2006, 1664 lance 1664 Blanc, une bière blanche à la française. Sa bouteille bleue, lumineuse, rompt avec le design traditionnel.
* En 2007, 1664 innove avec Instant Pression, la 1ère bière blonde en boite délivrant une pression digne des bières servies dans les bars et cafés.
* Enfin, en 2011, 1664 lance 1664 Millésime, une bière de dégustation à la française, dont le goût unique variera subtilement chaque année. Elle s’accompagne d’un rituel de dégustation dispensé par Mickael Sachet, expert bière de l’Association des Barmen de France.

La 1664 est la bière française la plus consommée dans le monde. Elle est l’ambassadrice du goût à la Française, dont elle porte les valeurs d’élégance et d’excellence. Elle se distingue par ses qualités gustatives subtiles et raffinées, que lui confère le houblon aromatique Strisselspalt.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasseries Kronenbourg

Message par Invité le 18.02.11 20:52

C'est marrant on retrouve cette affiche qui parle de millésime et ce malheureux houblon alsacien.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Feldschloesschen a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,3% en 2010 malgré un bon premier semestre

Message par Invité le 22.02.11 7:56

Feldschloesschen a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,3% en 2010. Le brasseur suisse, qui fait partie du groupe danois Carlsberg, a souffert du recul des bières indigènes sur le marché suisse. Les importations de bières étrangères ont progressé de 6,7% l'an dernier, a-t-il constaté lundi. L'année 2010 avait pourtant bien commencé pour les ventes de bière avec la Coupe du monde de football et un temps chaud au 1er semestre. Carlsberg table sur le regroupement de sa production pour résister à la conjoncture après l'annonce de la fermeture du site Cardinal de Fribourg.

Source :
tsr.ch/info/economie/2972751-feldschloesschen-a-vu-son-chiffre-d-affaires-reculer-de-2-3-en-2010-malgre-un-bon-premier-semestre.html


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Les drôles de dames et la Kronenbourg

Message par Merlin le 08.03.11 9:59

Les drôles de dames et la Kronenbourg


Une déesse aurait donné le talent de brasseuse aux femmes de l'humanité. Une femme serait même l'inventeur de la bière il y a 7.000 ans en Mésopotamie. Jusqu'à 200 ans en arrière, ce sont en majorité les femmes qui brassaient cette boisson pourtant à connotation plutôt masculine. En France, les femmes seraient 11 % à boire de la bière une à trois fois par semaine (trois fois plus pour les hommes). Et une Française sur deux consomme une bière occasionnellement, contre 80 % pour les hommes ! Cependant, dans les Brasseries Kronenbourg, les femmes ont réinvestit le métier de brasseur. La première brasserie française, d'où sort une bière sur trois consommée dans le pays, compte 8 femmes parmi ses 20 maîtres brasseurs

Elles sont mises à l'honneur le 8 mars. Marine André, Céline Chauvin, Nathalie Dalliès, Audrey Davin, Carole Druet, Cathia Gross, Laurence Gutfreund, Myriam Shingleton, donne une autre image de la bière tout en démontrant les mêmes qualités professionnelles que les hommes, avec peut-être même quelques facilités en plus...

« Un maître brasseur est la personne qui possède les connaissances scientifiques et techniques pour sélectionner et utiliser au mieux les différents ingrédients de la bière », explique Myriam Shingleton. « Il ou elle est ingénieur ou technicien supérieur avec la mention complémentaire de brasseur. Le travail du maître brasseur a deux aspects : la création de nouvelles bières et l'assistance dans la mise en oeuvre des recettes dans l'usine pour assurer une qualité constante des produits déjà existants. Faire une bière est un travail d'équipe ».

Les drôles de dames de Kronenbourg reconnaissent que leur métier a davantage une image masculine. « Il y a moins de femmes dans ce métier car les femmes sont moins nombreuses à s'intéresser à la bière », explique Laurence Gutfreund, docteur en biologie, entrée chez Brasseries Kronenbourg il y a treize ans. Originaire de Franche Comté, elle n'a pas été élevée « dans la bière ». « C'est au cours de ma thèse de doctorat, en étudiant la levure, puis lors de mes premières années professionnelles pendant lesquelles j'ai fait de la recherche appliquée à la bière, que j'ai découvert cet univers.Et la passion est venue, car je me suis mise à goûter de la bière et à en découvrir toute la diversité."

Les filles ne ressentent pas de ségrégation. « Chez Kronenbourg, les femmes qui constituent aujourd'hui plus d'un tiers de l'équipe de maîtres brasseurs, sont très bien accueillies », ajoute Nathalie Dalliès. « C'est un métier très créatif, nous travaillons sur un produit vivant et pour varier les goûts, nous pouvons jouer sur plusieurs éléments : le malt (orge germée) du plus pâle au plus torréfié pour apporter plus ou moins de corps, de goût, de couleur. Le houblon, dont nous n'utilisons qu'un ou deux grammes par litre, est un peu l'épice de la bière, son âme aromatique. Enfin, la levure, en transformant le sucre en alcool et gaz carbonique, dégage également des composés aromatiques. C'est elle qui va donner sa typicité à la bière. La levure utilisée pour Kronenbourg et conservée précieusement est la même depuis l'origine ! C'est le plus grand secret du brasseur. »


Les femmes ont une approche particulière de la bière et apporte un plus. « Une femme a une sensibilité et une perception différente que celles d'un homme, et ses préférences vont vers moins d'amertume et des arômes plus fruités, plus floraux », ajoute Céline Chauvin. « L'intérêt est que chaque personnalité, qu'elle soit masculine ou féminine, apporte sa nuance. C'est un travail d'échanges en équipe pour atteindre un même but : faire une bière qui soit la meilleure possible.»

En matière de dégustation, les femmes ne sont pas les plus mal placées. Plusieurs études scientifiques montrent que les femmes ont un avantage physiologique, car elles possèderaient un odorat plus développé ! Ceci doublé d'une meilleure mémorisation des odeurs. « Selon les scientifiques, cette supériorité serait due, en partie au moins, à notre faculté toute féminine d'utiliser les mots les plus justes pour décrire lesodeurs », reprend Myriam Shingelton. « Ce qui nous permet de mieux les répertorier dans notre mémoire. Il faut dire également que les femmes sont naturellement plus familiarisées aux odeurs de cuisine, de fleurs, de parfums…»



Source :
estrepublicain.fr/fr/a-la-une-aujourdhui/info/4726752-Les-droles-de-dames-et-la-Kronenbourg


Merlin
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 411
Houblons (gr): 78
Estime: 149
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Brassins par an: -1
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Chimay Triple
Matériel: A remplir

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg : deux nouveaux brassins pour le meilleur de l'Alsace

Message par Murtis le 15.03.11 8:53

Kronenbourg : deux nouveaux brassins pour le meilleur de l'Alsace

Avec Fleuron d'Alsace et ses bières de saison, Kronenbourg revendique ses origines et un savoir-faire unique.

Le brasseur, dont les origines remontent à 1664, propose au coin du zinc Kronenbourg Fleuron d’Alsace. "Une nouvelle bière blonde aux reflets dorés, titrant 5,5°, spécialement élaborée avec une pincée de houblon ‘tradition d’Alsace’, réputé pour la finesse de ses arômes." Elle présente une mousse onctueuse, un caractère affirmé et un goût généreux. Cette bière vient compéter une gamme CHR riche, constituant, estime le brasseur, "un véritable atout dans un marché où les attente des consommateurs sont de plus en plus élevées. En effet, les études menées sur le marché de la bière sont formelles : les consommateurs souhaitent sans cesse découvrir de nouveaux produits et de nouvelles saveurs. ils n’attendent plus une simple consommation, mais recherchent une expérience gustative riche et nouvelle. Par ailleurs, l’attrait pour les bières de spécialité et régionales, et pour les produits locaux en général, traduit un fort besoin d’authenticité. Diverses études ont montré ces dernières années combien les consommateurs, dans un monde globalisé, sont en quête de produits vrais, ayant une identité et une histoire." Kronenbourg Fleuron d’Alsace n’est pas une bière de saison, mais bien un nouvelle référence ayant "pour vocation d’être servie tout au long de l’année en premier bec". En revanche, Kronenbourg Sélection des brasseurs printemps démarre les brassins saisonniers 2011 du brasseur, des bières diffusées en série limitées et spéciales CHR. La recette printanière est signée Dominique Félix, maître brasseur chez Kronenbourg depuis 26 ans. "Moelleuse en bouche et titrant à 5,5°, Kronenbourg - sélection des Brasseurs printemps se pare cette année d’une belle robe ambrée. C’est une bière finement fruitée aux arômes de malt et aux notes florales" indique Kronenbourg. Disponible à la pression dans 5 000 établissements du 1er mars au 31 mai, elle est accompagnée d’une PLV comprenant des cavaliers de pompes, des guirlandes et des sous-bocks. Débutée l’an dernier, cette gamme saisonnière a rencontré un vif succès auprès des consommateurs. Chaque bière est élaborée par un maître brasseur différent qui appose sa signature sur l’étiquette. Deux autres brassins sont prévus cette année sous la responsabilité de Stéphane Henry en automne et de Marc Vaitilingom cet hiver.

Associations bières et mets
Le lancement de Kronenbourg Fleuron d’Alsace et de Kronenbourg-sélection des brasseurs printemps 2011 a fait l’objet d’associations mets et bières à Paris réalisées par des chefs de renoms. Christian Constant a choisi d’abord une Gelée de crustacés crème de fenouil en coque d’oursin dont « les saveurs iodées relevées de fenouil vient adoucir, enrober, l’amertume de la bière Fleuron d’Alsace tout en jouant l’accord de textures » a commenté un autre maître brasseur de Kroenenbourg, Rody Mac Ewan Seconde ‘bouchée’ concoctée : un Millefeuille de langue et foie gras de canard. « Cette variante de langue Lucullus se marie bien avec les arômes de fruits rouges et de boisée de cette bière qui réplique avec une belle générosité d’expression. Sans oublier le moelleux taquiné par les bulles.» Thierry Max a travaillé quant à lui sur les accords Bière de printemps « Dans la partie salée, avec le Bœuf façon Pastrami, j’ai apporté du gras et du fumé pour valoriser l’amertume. Dans la partie sucrée, avec le Pressé de pain d’épices cuit à basse température, j’ai procédé de façon inverse, en cherchant à atténuer l’amertume pour sublimer le parfum de la bière. J’ai trouvé cet exercice très intéressant. La bière m'inspire car elle provoque du plaisir à la dégustation et, à ce titre, elle mérite qu'on s'y penche. Il ne faut pas négliger nos clients amateurs de bière qui sont aussi des dégustateurs. » Très juste.



Source :
lhotellerie-restauration.fr/journal/produit-boisson/2011-03/Kronenbourg-deux-nouveaux-brassins-pour-le-meilleur-de-l-Alsace.htm


Murtis
En refroidissement


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 166
Houblons (gr): 55
Estime: 25
Activité: Extrait
Culture du houblon: Non
Bière préférée: -

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasseries Kronenbourg

Message par Murtis le 15.03.11 8:54

Enquête Kronenbourg sur les attentes des consommateurs

Dans le cadre de son étude Usages et habitudes, Le brasseur a interrogé les consommateurs sur les besoins auxquels
répond l’acte de consommer une boisson froide en général,
et une bière en particulier. Résultat :

"Pour les consommateurs de bière, les deux constats les plus cités sont pour se faire plaisir (30 % des réponses) et pour partager un bon moment avec les autres (20 % des réponses). Ces deux besoins sont
aussi cités prioritairement chez les consommateurs toutes boissons froides, mais avec des pourcentages moindres et respectivement de 19 % et 15 %. pour les consommateurs de bière, savourer le moment (15 %) et se rafraîchir (12 %) arrivent respectivement aux 3e et 4e rangs.
A ces besoins correspondent des occasions. Moments de prédilection pour savourer une bière, l’apéritif, les loisirs et la fête totalisent 69 % des réponses. Si l’on compare avec le groupe toutes boissons froides, ces trois occasions sont sur-représentées avec respectivement 26 % (vs 15 % pour l’ensemble des boissons froides), 35 % (vs 24 %) et 8 % (vs 4 %). Se faire plaisir autour du goût, c’est savourer un moment
de découverte en dehors du repas, à la maison ou dans un bar et de préférence en fin de journée ou en soirée. Ces moments pour soi sont propices au changement d’habitudes et à la recherche de nouveaux goûts. c’est un temps de dégustation, plus que de soif, où l’on est attentif à la couleur, à la texture, aux arômes, aux nuances de saveurs. c’est un moment où l’on hume, où l’on goûte et où l’on cherche à susciter son palais. Partager de bons moments avec les autres, c’est se retrouver entre amis, de préférence le soir, avant ou après un repas, à l’apéritif, pendant une soirée ou lors d’une fête. la bière, qui accompagne également volontiers un repas (occasion citée à 30 %; 52 % pour toutes boissons froides), apparaît plus que jamais comme un produit de lien social et de convivialité."

Murtis
En refroidissement


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 166
Houblons (gr): 55
Estime: 25
Activité: Extrait
Culture du houblon: Non
Bière préférée: -

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Kronenbourg défend sa place de leader

Message par Lucien le 17.03.11 14:40

Kronenbourg défend sa place de leader

Confronté au recul de la consommation de bière, le brasseur du marché poursuit sa montée en gamme.

C’est une bière blonde aux reflets dorés, conçue avec du houblon d’Alsace, servie depuis quelques jours dans les bars et restaurants de l’Hexagone. Avec Fleuron d’Alsace, la nouvelle déclinaison de sa gamme Sélection des Brasseurs lancée l’an passé, Kronenbourg joue la carte du terroir et poursuit sa montée en gamme. Une variante ambrée a également été lancée.

Le brasseur, racheté en 2008 par le danois Carlsberg, s’inscrit dans la tendance du marché vers plus de bières «premium» et raffinées qui se consomment de plus en plus en accompagnement des repas. «C’est un marché qui a évolué vers davantage de plaisir, de goût et de convivialité», explique Raphaël Prévot, directeur de la marque Kronenbourg, leader du marché en volumes. «Si la consommation de bière reste liée à la belle saison, la multiplication des bières de dégustation donne d’autres occasions de consommation», renchérit Pascal Chevremont, délégué général de l’Association des brasseurs de France. Principale bénéficiaire, la Leffe (AB-InBev), 4e marque du marché, qui connaît une croissance à deux chiffres depuis dix ans.

Conséquence: si la consommation a reculé de 20% en vingt ans, le chiffre d’affaires du secteur progresse pour atteindre environ 1,6 milliard d’euros. Après l’«exception» 2009, au cours de laquelle la météo avait dopé les volumes (+ 1%), l’année 2010 a reflété la tendance de fond. La consommation de bière a plongé de 1,7%. En grandes surfaces, le recul atteint 1,1%, tandis que les ventes baissent de 3,5% dans les cafés, hôtels et restaurants. Premières victimes: les bières d’entrée de gamme, qui ont perdu l’an passé près de 8% en volumes en hypermarchés et supermarchés, selon Nielsen.

Leader de ce segment, Kronenbourg -dont la marque représente environ 45% des volumes du brasseur en France- s’efforce de limiter la casse. «Grâce à nos efforts de repositionnement de la marque, nous résistons bien, en recul de 1%, sur le segment le plus attaqué du marché», explique Jean Hansmaennel, directeur exécutif des Brasseries Kronenbourg. «Kro» a perdu du terrain au profit de Heineken, qui reste leader du marché en valeur, de AB-InBev et de petits brasseurs.

Une offre élargie

«Nous avons retravaillé l’image de la marque, mais cela prend du temps. Le marché est beaucoup plus concurrentiel qu’il ne l’a été», commente Jean Hansmaennel, qui espère stabiliser les parts de marché de la marque d’ici 2012. Sous l’impulsion de Carlsberg depuis 2009, les packagings ont été redessinés, la communication a été intensifiée et l’offre a été élargie au-delà du pilier, la «Kro» classique. Après avoir mis en avant le savoir-faire de ses maîtres-brasseurs, le groupe insiste désormais sur la diversité des moments de dégustation. Un an après son lancement, Sélection des Brasseurs occupe 0,7% de part de marché en volumes, sans cannibalisation avec le reste de la gamme. Elle a permis à Kronenbourg de gagner 80% de volumes supplémentaires.

Le brasseur, qui multiplie les innovations sur ses marques «premium» (1664, Carlsberg, Grimbergen), réfléchit aussi à l’évolution de ses formats. Il planche sur des offres dédiées pour les pique-niques ou les barbecues et sur le lancement de grands formats en 2012-2013. Il devrait également renforcer son offre sans alcool (Pure Malt, Tourtel), un segment en décroissance. Il ne désespère pas de séduire plus de femmes. La marque 1664 devrait proposer une nouvelle bière à leur intention l’an prochain.


Source :
marches.lefigaro.fr/news/societes.html?&ID_NEWS=182383984




Mon Tepaz est naze. Kebra.

Lucien
En refroidissement


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 180
Houblons (gr): 31
Estime: 20
Activité: Extrait
Récup levures: Non
Brassins par an: 10
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Carolus Noël
Matériel: Inox

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum