Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

19
Cuivrée de Mormal - Theillier
Ypres - De Struise
Zona Cesarini –Toccalmatto
Série noire – Pays Flamand
Pais et Vree - De Molen
Kabert - De Struise
Bracia - Thornbridge
Techno – Elav
Tomahawk - Mikkeller
Belle Fleur –van de korenaar
West Coast IPA - St-Feuillien
Grunge IPA – Elav
Open et Bloot - De Molen
Lussuria – Fenice
Rotten Skull - Chevreuse
Chocolate vanilla Stout – Titanic
Sex Ale Rock Roll - Ste Crucienne
Lou Pepe - Cantillon
IPA - Mont Salève
Mariage Parfait 2008 Kriek Boon
Abstrakt AB :06 - Brewdog
Sorachi Ace - Mikkeler
Mooi Meedogenloos – De Molen
Old Engine Oil - Harviestoun
Avalanche - Fyne Ales
My name is Beastie - BrewDog
Dark Age - Tigertops
Rodenbach Caractère Rouge
Brugs X4 - Straffe-Hendrik
Oude gueuze – Hanssens
Past Masters – Fuller’s
Nelson Sauvin - Brewdog
Paradox Jura - Brewdog
Triple brune IPA - Fleurac
Scottish Stout - Belhaven
18
Troubadour Westkust
Mademoiselle - Mont Salève
Jackhammer – BrewDog
Alive and Kicking - De Molen
Cascade - Corrézienne
Hophophop Mozaic - Corrézienne
Temptation – Durham
Hurricane Jack - Fyne Ales
Viven Imperial IPA
Jarl - Fyne Ales
Trashy blonde – Brewdog
Dordogne Valley - Corrézienne
Bavaisienne - Theillier
Ruby Mild – Brasserie Rudgate
Renaissance - Dochter van Korenaar
Cuvée Jeun’homme – De Leite
Innovation - Adnams
Xmas Zinnebir – De la Senne
Ø Brun – Brasserie Nogne
Dragonhead – Orkney
Triple Chocoholic – Saltaire
Bloed, Zweet et Tranen – De Molen
Tricerat’hops –Trimartolod
Celt Bleddyn 1075
The Saints Whisky Beer
Hazelnut Coffee Porter - Saltaire
Tsarina Esra - De Molen
Hoppy Christmas - Brewdog
Grand Cru Oud Bruin - Strubbe
Rouge - Corrézienne
IPA –Lagunitas
Hel et Verdoemenis – De Molen
Viven Porter - Van Viven
SchuppenAas – Anders
Barbe Noire - Verhaeghe
Alice Porter - BrewDog
Vital Spark - Fyne Ales
Qantelaar – d’Oude Maalderij
Red Mac Gregor –Orkney
Cowboy et Indien – Fleurac
Rasputin – De Molen
Ohara’s Double IPA - Carlow
Libertine Black Ale - BrewDog
Black Albert - De Struise
1845 - Fuller's
Ernestine - Goutte d'Or
Black Cab – Fuller’s
Iconoclastic amber ale - Brewdog
Tickle Brain – Burton Bridge
Hardcore IPA - Brewdog
KlevereTien – Schelde
Mer Meg - Flash
Iris - Cantillon
Good Times - Williams
Gypsy Rose - Sainte Hélène
Christmas Porter – Brewdog
Gueuze – Girardin
Raspberry Blonde – Saltaire
Old Style Porter - St Peter's
Old Crafty Hen
Oude Geuze - Drei Fonteinen
Kill your Darlings - Thornbridge
Midnight Sun - Williams
Bière de l'ours - Dunham
Abt 12 - Sint Bernardus
Matildica - Millevertus
Honey Porter – Saint Peter’s
Strong Suffolk Vintage Ale
Chimay triple - Ab. Scourmont
Tokyo - BrewDog
Broadside - Adnams
Citra - Brewdog
Burns Ale - Belhaven
17
Funnel Blower –Box Steam
IPA - Brasserie de la Cère
Bird and bees - Williams
Noire - Corrézienne
Lichtervelds Blond –de Dolle
La frangine –La Semois
Dead Pony Club - Bewdog
Amiral Benson - Mont Salève
Single hop Mandarina – Corrézienne
I beat You - Mikkeller
Ghost Ship - Adnams
Poacher’s Choice - Badger
Red Kite - Black Isle
Neudorf Red Ale - Brasserie Bendorf
Barbe d'or - Verhaeghe
Oud bruin - Brasserie Strubbe
Kollane Lill – Bendorf
Kinder Downfall – Buxton
Havane Nocturne – Berylium Erbium
Spooks Ale - Shepherd Neame
Grand Cru Bruocsella - Cantillon
Cordiale - Brasserie Mobsby
Evensong – Durham
King Goblin - Wychwood
Vieille Kriek - Oud Beersel
Oak age Ale 2008 - Rodenbach
No Santa - Brewdog
Braven Apostel - De Proef
Bramling X - Brewdog
Bitter –Butcombe
Dark Island - Sinclair Breweries
Agent provocateur - Craig Allan
Chaleureuse - Corrézienne
Chargeoise Louisette - Rente Rouge
Anosteké - Pays Flamand
Alpha Dog - Brasserie Bewdog
Brune - De Rulles
Zinnebir - De la Senne
Tally Ho - Adnams
Maverick - Fyne Ales
Ruby Red Ale - St Peters
Brugs Zot Tripel
Old Peculier – Theakstons
Stouterik - De la Senne
Raven Ale – Orkney
Red alert – Arti brassage
Cream stout - St Peters
Experience - Mobsby
Weltmerz 2010 - De Struise
Coq - Brasserie Mobsby'S
Floreal - Corrézienne
Proper Job - St Austell
Apocalypse Now - Sainte Crucienne
Quadrupel – La Trappe
Sick & Tired – Elav
Apollo – Arti brassage
Dark Lord – Batemans
Cuvée des Jacobins - Bockor
Kriek - Cantillon
Golden Pride – Fuller’s
Suffolk Smokey - St Peter's
English Pale Ale - Buxton
Triple - Ebly
Tonnerre de Bresse
O' Hara's Leann Follain
London Porter – Fuller’s
Cuvée brut - Liefmans
Chockwork Orange – Brentwood
Organic Ale - St Peter's
Nightmare – Hambleton Ales
Summer Lightning - Hop Back
IPA - St Peters
Chargeoise aparté - Rente Rouge
Ohara’s Irish Stout
Kapittel Dubbel - Van Eecke
Triple - Brasserie Brakspear
Saint Ambroise - McAuslan
Carolus Christmas - Het Anker
Highlander - Fyne Ales
El Dorado - BrewDog
Charbonnière - Goutte d'Or
Best Bitter - St Peters
Oldspeckledhen
Leffe Triple - Inbev
Rooster - Frères Williams
16
Battle Axe – Brasserie Rudgate
Captain Smiths – Titanic
Victory Ale – Batemans
Xtrem Columbus – De Proef
Pannepot 2009 - De Struise
Magus – Durham
Unofficial Beer of halloween
Christmas Ale - Corsendonk
Framboise – Girardin
Marzen - Schlenkerla
The American Dream - Mikkeller
Fruit Beer - Brasserie Belhaven
Oude Gueuze – Moriau
Beerzone - Val'aisne
Reinaert Grand Cru - De Proef
Rosé Gambrinus - Cantillon
Golden Champion - Badger
McCallum's Stout - Belhaven
Pater 6 - Sint Bernardus
Vieille Gueuze - Oud Beersel
Double Chocolate Stout
Blacksheep Ale
Christmas Ale - Sint Bernardus
Rouge Flamande –Thiriez
Molenbier –De Molen
La Divine -De Silly
John Martin's Pale Ale
Route des épices - Dieu du ciel
Dogma - BrewDog
Troubadour Obscura
Greene King IPA (Export)
Blikken et Blozen - De Molen
Guldenberg - De Ranke
Bavaisienne ambrée - Theillier
Oude Geuze - Boon
Livinus - Van Eecke
Alba - Williams
Very Special Old Pale - Marston’s
Griffon - McAuslan
Piper’s Gold - Fyne Ales
Cuvée René Kriek - Lindemans
Mocha – Batemans
Svea ipa - De Struise
Roisin - Frères Williams
Arabier - De Dolle Brouwers
Gueuze - Cantillon
IPA - Fuller's
Prohibition - Brasseurs et Frères
Celebration – Sainsbury’s
Wambrechies - Claeyssens
Vision dionysiaque – Berylium Erbium
Amber Ale – Buxton
Amarante - Millevertus
Cochonnette – A Vapeur
Hildegarde Ambrée – St Germain
Wildcat - Cairngorm
Watou Tripel - Sint Bernardus
Troubadour Magma
Piet-Agoras - Het Alternatief
Seven Giraffes - Frères Williams
Bitter - Adnams
Bombardier - Wells Bombardier
Pas Barley Wine - Sainte Hélène
Black Jack Porter
Brugs Zot double - De Halve Maan
Rodenbach Grand Cru
Fiche de dégustation


Brasserie Dupont559

Brasserie Dupont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Biere Maison Brasserie Dupont

Message par Canarolus le 03.11.09 17:37

http://www.brasserie-dupont.com/dupont/

La Brasserie Dupont fait assurément partie de l’histoire de la bière belge.
Etablie à Tourpes (Leuze-en-Hainaut), au centre du Hainaut occidental, ses bâtiments datent en effet de 1759, et on y brasse sans interruption depuis 1844.

A l’origine , la bière produite était une bière de type Saison, bière brassée l’hiver et consommée l’été par le personnel occupé aux travaux des champs. Depuis 1950, la brasserie Dupont s’est spécialisée dans la production de bières de fermentation haute refermentées en bouteille. Ses produits les plus réputés sont la Moinette blonde et la Saison Dupont.
Depuis 1990, une partie de la production est brassée sous licence biologique et porte le label Biogarantie® : Moinette biologique, Biolègère, Bière de miel biologique, …
La Brasserie Dupont, c’est aussi une production de fromages affinés à la bière et de pains artisanaux.
Aujourd’hui, les bières de la Brasserie Dupont sont toujours produites de façon traditionnelle et la production annuelle atteint 10.000 hectolitres.

Les bières sont exportées vers de nombreux pays : Etats-Unis, Japon, Canada, France, Italie, Pays-Bas, Danemark, Angleterre, …
Tradition et qualité, deux mots qui reflètent la philosophie de la Brasserie Dupont.


Je ne suis pas très copain avec Charles VII, mais j'aime bien l'ambiance de la brasserie.

Canarolus
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation basse J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 394
Houblons (gr): 86
Estime: 92
Activité: Tout Grain
Brassins par an: 11
Culture du houblon: Non
Bière préférée: La Divine
Matériel: Trop long
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Canarolus le 03.11.09 17:38

Bières traditionnelles
Moinette 8,5 Blond cuivré Haute refermentée
Moinette brune 8,5 Brun rouge Haute refermentée
Saison Dupont 6,5 Blond cuivré Haute refermentée
Bons Voeux 9,5 Blond cuivré Haute refermentée
Bière de Beloeil 8,5 Ambrée Haute refermentée
Cervesia 8 Blonde Haute refermentée
Redor Pils 5 Blonde Basse


Bières biologiques
Biolégère 3,5 Blonde Haute refermentée
Bière de miel bio 8 Ambrée Haute refermentée
Blanche du ht bio 5,5 Blonde Haute refermentée
Moinette bio 7,5 Blond cuivré Haute refermentée
Saison bio 5,5 Blond cuivré Haute refermentée
BIO FRUITS 4,5 rosé Haute filtrée







Je ne suis pas très copain avec Charles VII, mais j'aime bien l'ambiance de la brasserie.

Canarolus
En garde


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation basse J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 394
Houblons (gr): 86
Estime: 92
Activité: Tout Grain
Brassins par an: 11
Culture du houblon: Non
Bière préférée: La Divine
Matériel: Trop long
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Invité le 14.11.09 18:26


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Invité le 26.05.10 9:03

LEUZE-EN-HAINAUT - Spécialisée dans la fabrication de bières refermentées en bouteille, la brasserie Dupont en a fait du chemin depuis ses balbutiements en 1844. Aujourd'hui, la maison compte treize étiquettes, soit sept bières traditionnelles et six brassées sous licence biologique.

« L'expansion en cours pourrait suggérer l'arrivée de nouveautés, susurre Olivier Dedeycker. Et nous engagerons vraisemblablement du personnel. » Pour l'heure, outre le gérant, l'entreprise compte huit employés et huit ouvriers. Une petite équipe motivée sans qui « la brasserie ne serait pas ce qu'elle est », continue l'ingénieur brasseur.



Source :
actu24.be/article/detail.aspx?articleid=353299


Pour lui, « son succès, la maison Dupont le doit tant à son personnel, dont l'équipe commerciale, qu'à ses produits typés fabriqués de façon traditionnelle » . Parmi les incontournables, citons la Moinette blonde (championne du marché belge), la Saison Dupont (première à l'export), mais aussi la Bons voeux, la Moinette bio et la Saison bio. À elles cinq, ces bières représentent 80 % de la production. Une production dont les deux tiers sont dégustés dans notre plat pays. Et si la brasserie accorde beaucoup d'importance au marché belge, elle exporte jusqu'aux États-Unis et en Asie.

« Il y a chaque année de nouveaux pays. Mais on veut rester les pieds sur terre et que nos bières conservent leurs vraies valeurs. » Pas besoin, en outre, d'aller très loin pour déguster les produits de la fabrique tourpière : depuis peu, le café Les caves Dupont a rouvert juste en face (rue Basse).

« On peut y trouver nos différentes bières, mais aussi les produits de notre petite fromagerie et de notre boulangerie », conclut M. Dedeycker comme pour nous mettre l'eau à la bouche.

Pour lui, « son succès, la maison Dupont le doit tant à son personnel, dont l'équipe commerciale, qu'à ses produits typés fabriqués de façon traditionnelle » . Parmi les incontournables, citons la Moinette blonde (championne du marché belge), la Saison Dupont (première à l'export), mais aussi la Bons voeux, la Moinette bio et la Saison bio. À elles cinq, ces bières représentent 80 % de la production. Une production dont les deux tiers sont dégustés dans notre plat pays. Et si la brasserie accorde beaucoup d'importance au marché belge, elle exporte jusqu'aux États-Unis et en Asie.

« Il y a chaque année de nouveaux pays. Mais on veut rester les pieds sur terre et que nos bières conservent leurs vraies valeurs. » Pas besoin, en outre, d'aller très loin pour déguster les produits de la fabrique tourpière : depuis peu, le café Les caves Dupont a rouvert juste en face (rue Basse).

« On peut y trouver nos différentes bières, mais aussi les produits de notre petite fromagerie et de notre boulangerie », conclut M. Dedeycker comme pour nous mettre l'eau à la bouche.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Invité le 21.06.10 16:11

Olivier Dedeycker, 44 ans, père de trois enfants, représente la quatrième génération de brasseurs de tradition à la brasserie Dupont. L’espace d’une journée, découvrez un homme passionné et de fait, passionnant.

TOURPES, EN HAINAUT, vieille bourgade du Ve siècle datée de l’invasion germanique, dénombre 868 habitants. Au numéro 5 de sa rue basse, Olivier Dedeycker, Brasseur de tradition, éprouve indéfiniment son palais. "La meilleure façon de savoir si la bière nouvellement créée est de qualité, c’est encore de la goûter", plaisante-t-il, rappelant justement la pensée d’Alphonse Allais : "L e rire est à l’homme ce que la bière est à la pression".
brassam Brassage Amateur


Le long de la façade, côté rue, est clouée, immobile, l’enseigne de l’entreprise indépendante, représentation d’un verre de Moinette, bière fleuron de la brasserie Dupont. Fruit de quatre générations, la brasserie enfantait sa première Saison en 1884. Un breuvage brassé l’hiver pour désaltérer les employés occupés aux travaux des champs pendant l’été.


"C’est l’oncle de mon grand-père, Louis Dupont, qui a cédé la brasserie à mon grand père. Depuis, la brasserie est la propriété de tous les descendants. Mais la génération qui nous précède est en train de céder les rênes, tout comme nous le ferons dans quelques années. À terme, nous serons donc dix actionnaires de ma génération.


Je n’ai pas plus de parts que les autres mais j’ai hérité du poste de gérant." 44 ans, marié et père de trois enfants, Olivier, gestionnaire de l’entreprise familiale, est également le créateur de ces demoiselles, brunes, blondes, de haute fermentation, pleines d’amertume, réputées typées, mais surtout reconnues "bières de caractère".

A quelques pas de là, debout aux aurores, le brasseur à peine éveillé donne les soins à son petit élevage : "Avant de déjeuner, je donne à manger à mes poules et mes moutons et puis je commence, en général, à déjeuner seul et, au fur et à mesure, que les membres de la famille descendent, nous prenons le petit-déjeuner en famille."

07h30, ses trois enfants se préparent pour se rendre à l’école. La lecture des quotidiens accomplie, Olivier se rend à la brasserie auprès des quinze employés, des oncles et tantes, des cousins et cousines, des frères et sœurs.

Toute la matinée, il endosse son rôle de gérant, se chargeant des formalités administratives : "40 % de mon temps concerne l’administratif, les accises, les déclarations fiscales, les contrôles de qualité, etc. C’est ce que j’ai fait toute la matinée. Mais je m’occupe aussi du brassage, de la dégustation, des exportations, etc. Nous faisons tout en famille. Mais il est vrai que la création, c’est mon dada."

De temps à autre, le brasseur ne manque pas de contrôler les premiers brassins lancés ce matin-là, effectuant des allers-retours incessants. Des portes entrouvertes de la salle de brassage, jaillissent alors des parfums, intrigants, exotiques, fruités, forts. Le houblon caramélise au fond des cuves de cuivre (datées du XIXe siècle), et son parfum bonbon - enivrant - charge l’air ambiant.

"Vous sentez les arômes ? C’est parce que le premier brassin sort de l’ébullition", indique-t-il. Les passants intrigués, s’arrêtent parfois, achètent aussi..

Autour des cuves, dans des récipients ronds en plastique blanc, sont stockées différentes sortes de houblon, aux arômes prononcés et parfois surprenants.

Celui-ci un peu plus fruité, celui-là un peu plus amer, parfumé d’extraits d’agrumes. "La mode ces derniers temps consiste à utiliser des épices pour parfumer la bière", un artifice qu’a l’air de déplorer le brasseur : "Ici, nous leur préférons le houblon.

Il est vrai qu’utiliser des épices est moins complexe et moins onéreux mais le houblon, si on peut le maîtriser, fournit une infinité de possibilités, davantage que les épices. Il y a tellement d’équilibre à rechercher que ça en devient passionnant." C’est évident, Olivier est amoureux. De la bière de tradition d’abord, de son histoire familiale ensuite. Ou peut-être l’inverse. Qui sait ?

12 heures, Olivier prend le temps de déjeuner, à la maison cette fois, "mais je mange régulièrement chez mes parents qui habitent à moins de 500 mètres de la brasserie". A peine le temps de se remplir l’estomac, le brasseur est déjà sur le départ.

Les contrôles de fermentation exigent un certain doigté et une présence quasi permanente : "Ce travail est très précis. Il faut arrêter la fermentation à un moment bien défini.".

Dans la salle de fermentation, Olivier, soigneux, consigne tous les résultats dans un classeur A4 : "On ne sait jamais, une odeur peut m’intriguer et j’aimerais avoir la possibilité d’y revenir si j’en ai envie." Sa bibliothèque déborde de ces examens de monitoring dont certains remontent à 1994.

Aujourd’hui en contrôle de fermentation, demain en production : "Aucune journée ne ressemble à la précédente. C’est gai ou non, mais mon planning change constamment d’un jour à l’autre. Le matin, je peux gérer les brassages et l’après-midi, je peux mettre en bouteille tout comme je peux m’occuper des contrôles en laboratoire."

Pourtant, ce jour-là, l’esprit du brasseur est préoccupé. Ses deux nouvelles créations, destinées au pays de l’Oncle Sam, sont en gestation. "J’y vais sans forcer. Je ne m’impose jamais de deadlines. Il faut vraiment que je le sente. Je fais très peu d’essais en réalité ! Je n’ai pas non plus d’appareils sophistiqués, tout est dans ma tête." C’est ça le talent, paraît-il.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Le parfum bonbon de la brasserie Dupont

Message par Elie le 23.06.10 11:33

Le parfum bonbon de la brasserie Dupont :
momento.blogs.lalibre.be/archive/2010/06/19/le-parfum-bonbon-de-la-brasserie-dupont.html

Olivier Dedeycker, 44 ans, père de trois enfants, représente la quatrième génération de brasseurs de tradition à la brasserie Dupont. L’espace d’une journée, découvrez un homme passionné et de fait, passionnant.


brassam Brassage Amateur

TOURPES, EN HAINAUT, vieille bourgade du Ve siècle datée de l’invasion germanique, dénombre 868 habitants. Au numéro 5 de sa rue basse, Olivier Dedeycker, Brasseur de tradition, éprouve indéfiniment son palais. “La meilleure façon de savoir si la bière nouvellement créée est de qualité, c’est encore de la goûter”, plaisante-t-il, rappelant justement la pensée d’Alphonse Allais : “Le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression”

Le long de la façade, côté rue, est clouée, immobile, l’enseigne de l’entreprise indépendante, représentation d’un verre de Moinette, bière fleuron de la brasserie Dupont. Fruit de quatre générations, la brasserie enfantait sa première Saison en 1884. Un breuvage brassé l’hiver pour désaltérer les employés occupés aux travaux des champs pendant l’été.

“C’est l’oncle de mon grand-père, Louis Dupont, qui a cédé la brasserie à mon grand père. Depuis, la brasserie est la propriété de tous les descendants. Mais la génération qui nous précède est en train de céder les rênes, tout comme nous le ferons dans quelques années. À terme, nous serons donc dix actionnaires de ma génération. Je n’ai pas plus de parts que les autres mais j’ai hérité du poste de gérant.” 44 ans, marié et père de trois enfants, Olivier, gestionnaire de l’entreprise familiale, est également le créateur de ces demoiselles, brunes, blondes, de haute fermentation, pleines d’amertume, réputées typées, mais surtout reconnues “bières de caractère”..

A quelques pas de là, debout aux aurores, le brasseur à peine éveillé donne les soins à son petit élevage : “Avant de déjeuner, je donne à manger à mes poules et mes moutons et puis je commence, en général, à déjeuner seul et, au fur et à mesure, que les membres de la famille descendent, nous prenons le petit-déjeuner en famille.”

07 h 30, ses trois enfants se préparent pour se rendre à l’école. La lecture des quotidiens accomplie, Olivier se rend à la brasserie auprès des quinze employés, des oncles et tantes, des cousins et cousines, des frères et sœurs. Toute la matinée, il endosse son rôle de gérant, se chargeant des formalités administratives : “40  % de mon temps concerne l’administratif, les accises, les déclarations fiscales, les contrôles de qualité, etc. C’est ce que j’ai fait toute la matinée. Mais je m’occupe aussi du brassage, de la dégustation, des exportations, etc. Nous faisons tout en famille. Mais il est vrai que la création, c’est mon dada.”

brassam
.

De temps à autre, le brasseur ne manque pas de contrôler les premiers brassins lancés ce matin-là, effectuant des allers-retours incessants. Des portes entrouvertes de la salle de brassage, jaillissent alors des parfums, intrigants, exotiques, fruités, forts. Le houblon caramélise au fond des cuves de cuivre (datées du XIXe siècle), et son parfum bonbon – enivrant – charge l’air ambiant. “Vous sentez les arômes ? C’est parce que le premier brassin sort de l’ébullition”, indique-t-il. Les passants intrigués, s’arrêtent parfois, achètent aussi.

Autour des cuves, dans des récipients ronds en plastique blanc, sont stockées différentes sortes de houblon, aux arômes prononcés et parfois surprenants. Celui-ci un peu plus fruité, celui-là un peu plus amer, parfumé d’extraits d’agrumes. “La mode ces derniers temps consiste à utiliser des épices pour parfumer la bière”, un artifice qu’a l’air de déplorer le brasseur : “Ici, nous leur préférons le houblon. Il est vrai qu’utiliser des épices est moins complexe et moins onéreux mais le houblon, si on peut le maîtriser, fournit une infinité de possibilités, davantage que les épices. Il y a tellement d’équilibre à rechercher que ça en devient passionnant.” C’est évident, Olivier est amoureux. De la bière de tradition d’abord, de son histoire familiale ensuite. Ou peut-être l’inverse. Qui sait ?.


12 heures, Olivier prend le temps de déjeuner, à la maison cette fois, “mais je mange régulièrement chez mes parents qui habitent à moins de 500 mètres de la brasserie”. A peine le temps de se remplir l’estomac, le brasseur est déjà sur le départ. Les contrôles de fermentation exigent un certain doigté et une présence quasi permanente : “Ce travail est très précis. Il faut arrêter la fermentation à un moment bien défini.” Dans la salle de fermentation, Olivier, soigneux, consigne tous les résultats dans un classeur A4 : “On ne sait jamais, une odeur peut m’intriguer et j’aimerais avoir la possibilité d’y revenir si j’en ai envie.” Sa bibliothèque déborde de ces examens de monitoring dont certains remontent à 1994.

Aujourd’hui en contrôle de fermentation, demain en production : “Aucune journée ne ressemble à la précédente. C’est gai ou non, mais mon planning change constamment d’un jour à l’autre. Le matin, je peux gérer les brassages et l’après-midi, je peux mettre en bouteille tout comme je peux m’occuper des contrôles en laboratoire.”

Elie
En dégustation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures liquides Fermentation basse Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 1127
Houblons (gr): 100
Estime: 291
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Oui
Bière préférée: La divine
Matériel: A remplir
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Elie le 23.06.10 11:44

De temps à autre, le brasseur ne manque pas de contrôler les premiers brassins lancés ce matin-là, effectuant des allers-retours incessants. Des portes entrouvertes de la salle de brassage, jaillissent alors des parfums, intrigants, exotiques, fruités, forts. Le houblon caramélise au fond des cuves de cuivre (datées du XIXe siècle), et son parfum bonbon – enivrant – charge l’air ambiant. “Vous sentez les arômes ? C’est parce que le premier brassin sort de l’ébullition”, indique-t-il. Les passants intrigués, s’arrêtent parfois, achètent aussi.

Autour des cuves, dans des récipients ronds en plastique blanc, sont stockées différentes sortes de houblon, aux arômes prononcés et parfois surprenants. Celui-ci un peu plus fruité, celui-là un peu plus amer, parfumé d’extraits d’agrumes. “La mode ces derniers temps consiste à utiliser des épices pour parfumer la bière”, un artifice qu’a l’air de déplorer le brasseur : “Ici, nous leur préférons le houblon. Il est vrai qu’utiliser des épices est moins complexe et moins onéreux mais le houblon, si on peut le maîtriser, fournit une infinité de possibilités, davantage que les épices. Il y a tellement d’équilibre à rechercher que ça en devient passionnant.” C’est évident, Olivier est amoureux. De la bière de tradition d’abord, de son histoire familiale ensuite. Ou peut-être l’inverse. Qui sait ?
Pourtant, ce jour-là, l’esprit du brasseur est préoccupé. Ses deux nouvelles créations, destinées au pays de l’Oncle Sam, sont en gestation. “J’y vais sans forcer. Je ne m’impose jamais de deadlines. Il faut vraiment que je le sente. Je fais très peu d’essais en réalité ! Je n’ai pas non plus d’appareils sophistiqués, tout est dans ma tête.” C’est ça le talent, paraît-il.

brassam
18 heures : “Il n’y a pas d’heure fixe à laquelle je termine le boulot. Tous les jours sont différents ici à la brasserie.” Pourtant, ce jour-là, la chance semble sourire au brasseur. Il est à peine 18h30, le temps d’enfiler une tenue de jogging : “Auparavant, je faisais surtout du vélo mais depuis que j’ai découvert la course à pied, je suis totalement addict. Ça me permet de me détendre quand j’arrive à la maison après une journée de travail et de laisser tout le boulot derrière moi pour profiter de ma famille comme il se doit.”

De retour à la maison, Olivier retrouve ses enfants et son épouse responsable, entre autres, de la fromagerie de la brasserie, dont les produits sont fabriqués à partir des breuvages du brasseur. “C’est une manière de se diversifier”, plaisante une dernière fois Olivier, avant de refermer la porte de son intimité.

Hier, mon importateur américain est passé me voir et c’est pour cette raison que je commence tout doucement à y penser.” Apparemment, les deux nouveau-nés feront référence au passé “un retour dans les années cinquante”, un clin d’œil à son grand-père, à l’Angleterre, pays 16_16_08_112295791_Mo-49.jpgdans lequel le brasseur a effectué son premier stage, suite à l’obtention de son diplôme d’ingénieur-brasseur à l’Université Catholique de Louvain.
Inutile d’insister, le brasseur n’en dévoilera pas davantage; la future love story américaine restera confidentielle !

“En Belgique, nous restons célèbres pour La Moinette. Mais nous importons beaucoup à l’étranger et aux Etats-Unis, où nous sommes plus connus pour la Saison Dupont”, tient-il à préciser. En juillet 2005, le magazine américain classait effectivement la Saison Dupont, “Best Beer in the World”, ajoutant : “Earthly, herbal and impossibly delicious” pour le plus grand plaisir du brasseur..

Nul doute… Les Américains préfèrent les bières de haute fermentation à celles, fruitées, sucrées et dépourvues d’amertume, qui, il y a quelques années encore, occupaient la pole position du marché belge. “Maintenant en Belgique, nous assistons au phénomène inverse, la mode est aujourd’hui à la bière hyper-houblonnée, certainement en réaction à cet excès de sucres dans les bières durant les années précédentes.”

14 heures, à la suite des prélèvements réalisés en salle de fermentation, le brasseur porte ses pas, assurés, vers le laboratoire. Par la même occasion, il vérifie la mise en bouteille. “C’est sur notre chemin”, dit-il. “Je suis très peu en production, j’y passe donc de temps en temps pour voir si on a besoin d’aide.”

Elie
En dégustation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures liquides Fermentation basse Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 1127
Houblons (gr): 100
Estime: 291
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Oui
Bière préférée: La divine
Matériel: A remplir
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Elie le 23.06.10 11:46


Des mètres de chaînes, le long desquelles s’agitent quatre employés tous vêtus d’un pull bleu à l’effigie de la brasserie, acheminant les 16_24_00_002725657_Mo-6.jpgbouteilles propres vers le remplissage; les usagées vers le nettoyage.

A l’extrémité du mécanisme, deux hommes se réservent exclusivement à l’empaquetage des bouteilles, soigneusement disposées sur les palettes, toutes destinées au marché nord-américain. “That’s Belgian Beer” peut-on lire sur les cartons. “40 % de la production est destinée à l’exportation : la moitié de ces exportations sont consacrées au marché nord-américain, le reste se répartissant entre les quatre coins du monde (NdlR : du Japon à l’Italie jusqu’au Vietnam et jusqu’aux Philippines)”.

En dépit de la satisfaction que procure un tel tableau d’exportation, le gestionnaire de l’entreprise familiale soutient que “le plus gros de la production est toujours destiné au marché national et nous considérons que c’est d’abord sur ce marché qu’il faut faire ses preuves avant de pouvoir prétendre vendre au reste de la planète”..



brassam Brassage Amateur


Mais déjà, le brasseur file vers le labo. Eprouvette, échantillons, microscope, filtres. Au programme : concentration, filtration et mesure de coloration, densimétrie, comptage au microscope, test de traçabilité, mesure de densité, de teneur en alcool et en sucre, contrôle du mélange des sucres. Ici, contre toute attente, ne siège aucune mécanique alambiquée : “Pas besoin d’appareillage sophistiqué, on marche à la dégustation”, sourit-il, à nouveau.

Elie
En dégustation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures liquides Fermentation basse Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 1127
Houblons (gr): 100
Estime: 291
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Oui
Bière préférée: La divine
Matériel: A remplir
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Elie le 23.06.10 11:47

Le panel de dégustation ? Lui et quelques membres privilégiés de la famille. Le graphiste pour l’étiquetage et la publicité ? Un premier de ses 16_06_13_661159363_Mo-15.jpgfrères. L’architecte à l’origine des futurs travaux d’agrandissement ? Un second de ses frères ! Nul doute, la bière artisanale, à la Brasserie Dupont, c’est avant tout une histoire familiale.


brassam Brassage Amateur

Brasserie Dupont est a brasserie situé dans Tourpes (Leuze-en-Hainaut), au centre du l'Ouest-Hainaut, La Belgique. La brasserie courante, fondée en 1950, est située sur une ferme fonctionnante qui remonte à 1759 et a l'histoire significative de brassage. Dans les années 90, un service de boulangerie de pain et de fabrication du fromage ont été ajoutés.

Historiquement, leur bière de meilleur-vente était la blonde de Moinette. Cependant, la vulgarisation du Saison Dupont par leur importateur américain dans les années 80 a mené à la grande popularité internationale pour cette bière, qui fournit un lien aux bières anglaises historiques de ferme de la région.

Les bouilloires de ébullition de cuivre de la brasserie datent des années 20, mais il y a également un certain nombre de morceaux d'équipement moderne en service dans la brasserie. La place, les cuves de fermentation à fond plat de l'acier inoxydable sont utilisées pour fournir les caractéristiques spécifiques de saveur qui sont évidentes dans la bière finie. La fermentation primaire dure environ 5 jours, suivis d'une fermentation secondaire de la semaine 1-2. Après ceci, la bière est empaquetée et chaud-vieillie à la brasserie pendant 6-8 semaines à 73°F (23°C). Toutes les bières de Dupont sont naturellement carbonatées par l'intermédiaire de traitement de bouteille.

La contrainte distinctive de levure de maison de Dupont a été le sujet de beaucoup de spéculation et de discussion. La complexité des saveurs qu'elle produit en a fait suggérer qu'en fait une combinaison des contraintes multiples soient employées, et sa bonne exécution aux températures et au spiciness de signature en ont mené à conjecturer que c'était à l'origine une contrainte de vin rouge qui a été adaptée à la fermentation de bière. Tandis que la plupart de bière est fermentée aux températures n'excédant pas 68-72 degrés Fahrenheit, on a observé les réservoirs chez Dupont pour avoir atteint le milieu des années 90.

Elie
En dégustation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures liquides Fermentation basse Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 1127
Houblons (gr): 100
Estime: 291
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: +5
Culture du houblon: Oui
Bière préférée: La divine
Matériel: A remplir
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Clem le 06.06.11 10:48



En fût : Voyage des Indes (Quadruple IPA 16IBU) - Aïe Py Haie Post Mortem 15,5IBU.
En bouteilles : IPA de la mort 12IBU - Bitter des foins 10IBU - Ruse impériale Di = 1250.
En tête : Extra Strong addict 9,78 IBU - Spirit of chocolat and Sweet Homme 9,89 IBU.
En grains : du malt à concasser - En feuilles: du houblon à infuser la science.

Clem
En dégustation


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt récupération des levures commerciales Fermentation haute Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 33cl
Messages: 1070
Houblons (gr): 148
Estime: 341
Activité: Tout Grain
Récup levures: Oui
Brassins par an: 15
Culture du houblon: Non
Bière préférée: De Molen
Matériel: Futs kegs Seaux etc.
Brassin en cours: Oui

http://www.brouwerijdemolen.nl/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Simon le 02.09.11 20:24

Après les USA, la brasserie de Tourpes truste les prix en Australie

LEUZE-EN-HAINAUT L’entité de Leuze-en-Hainaut peut s’enorgueillir d’abriter sur son territoire trois brasseries réputées au niveau international. À l’occasion de sa séance de rentrée, le conseil communal a tenu, mardi soir, à mettre à l’honneur l’une de ces sociétés locales brassant depuis déjà quelques années le succès aux quatre coins de la planète.

Après les États-Unis, la brasserie Dupont (Pipaix) est partie voici trois ans à la conquête du marché australien. Élue meilleure bière du monde en 2006 par un magazine américain, la Saison Dupont vient, cette fois, de faire sensation lors d’un concours international organisé au pays des kangourous.

”La Saison a reçu une médaille d’argent, ce qui est la cote la plus élevée dans cette catégorie-là”, confie Olivier Dedeycker, gérant de cette brasserie familiale employant 17 personnes.

Cerise sur le gâteau, une médaille de bronze est venue couronner trois autres breuvages produits à Tourpes : la bière de miel, la bière de Beloeil et la Bon Vœu.

Autant d’élixirs qui, dans un passé récent, ont trusté bien des récompenses au royaume de l’Oncle Sam. “De tels prix permettent à l’importateur de promouvoir nos bières à l’autre bout du globe. L’Australie est un marché en pleine expansion”, se réjouit Olivier Dedeycker.

La production de la brasserie Dupont connaît une croissance annuelle de 10 à 15 %. “Fin de cette année, nous franchirons la barre des 15.000 hectolitres. Nous exportons 40 % de ce volume dans une vingtaine de pays différents, dont la moitié rien qu’aux States. Nos bières commencent aussi à bien se vendre au Vietnam et en Inde.”

Début 2011, Olivier Dedeycker a ressuscité un stout créé par son grand-père en 1950. Pour la brasserie Dupont, pas question néanmoins de se reposer sur ses lauriers. Dans quelques mois, ses exploitants entameront le projet d’extension de leurs installations en vue de commercialiser de nouvelles bières dont ils ont le secret.

Ceux-ci ont apprécié à sa juste valeur la petite réception organisée en leur honneur par les mandataires leuzois en prélude au conseil communal. Le bourgmestre, Lucien Rawart, leur a remis un diplôme qui, à n’en pas douter, ira rejoindre les autres.


Source : dhnet.be



Hum ...on avait dit "une petite mousse"! ...Ben quoi ?

Simon
En dégustation


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt récupération des levures commerciales Fermentation haute Je prépare des levains pour ensemencer. J'embouteille le plus souvent en 33cl
Messages: 1119
Houblons (gr): 99
Estime: 307
Activité: Tout Grain
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Hop Back
Matériel: Partout
Brassin en cours: Oui

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Pamplemousse le 27.12.12 18:00

Parmi les entreprises qui ne connaissent pas la crise, il y a notamment les brasseries artisanales.

Un exemple : la brasserie Dupont à Tourpes dans l'entité de Leuze-en-Hainaut. Un investissement d'un million d'euros est en cours de réalisation.

Dupont a littéralement le vent en poupe. En cinq ans, elle a connu une croissance de plus de 100%. Les responsables de l'entreprise qui occupe quinze personnes ont donc décidé de poursuivre d'importants investissements dans l'outil de production.


Après la salle de brassage l'an dernier, c'est au tour de l'atelier de mise en bouteilles de la Moinette et autre Saison Dupont d'être modernisé. Concrètement, l'investissement engagé d'un million d'euros va permettre de doubler la capacité de production de la brasserie qui passera à terme à 25 000 hectolitres par an.


Pamplemousse
En ébullition


J'utilise le chauffage électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 142
Houblons (gr): 17
Estime: 17
Activité: E+TG
Récup levures: Oui
Brassins par an: 7/
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Urquell
Matériel: Gamelles et fûts Brouwland

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Carbone12 le 27.12.12 18:34

La sécurité alimentaire avant tout

Dans le cadre des investissements prévus, une attention toute particulière sera portée à la sécurité alimentaire avec l'installation de caméras optiques pour détecter la moindre particule et l'instauration de contrôles haute fréquence et infra rouge. L'objectif est également de réduire la consommation d'eau.

Actuellement, la brasserie exporte quelque 35% de sa production essentiellement vers les Etats-Unis. Mais elle vient de décrocher de nouveaux marchés en Australie ou encore en Inde. Ceci étant Olivier Dedeycker, qui représente la quatrième génération familiale de brasseurs, l'affirme : "Cette croissance continue de la production ne se fait pas au détriment de procédés de fabrication traditionnels qui ont fait la réputation de la brasserie Dupont."

Carbone12
En garde


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute Je suis novice. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 453
Houblons (gr): 129
Estime: 100
Activité: Kit
Récup levures: Non
Brassins par an: 4
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Greene King IPA
Matériel: Kit
Brassin en cours: Oui

http://biere.bbfr.net/f170-jeux-de-bieres

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Tarabiscote le 04.03.13 10:52




Dans le houblon tout est bon.

Tarabiscote
En bouteille


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 811
Houblons (gr): 34
Estime: 244
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Brassins par an: 5
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Noël
Matériel: Blaguette magique !

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Mousse le 07.05.13 16:21



On se boit une bonne bière artisanale ?

Mousse
En garde


J'utilise à la fois le chauffage gaz et électrique. Plutôt levures sèches Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 50 cl
Messages: 433
Houblons (gr): 35
Estime: 78
Activité: Tout Grain
Récup levures: Non
Brassins par an: 5/
Culture du houblon: Non
Bière préférée: Spitfire
Matériel: En cours

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Hagel le 10.07.13 8:32

La brasserie Dubuisson se veut créative,
tout en respectant les traditions héritées depuis 1769.
Il ne s'en cache pas une seconde: il s'est inspiré des vieilles brasseries familiales belges quand est venu le temps de développer ses propres bières. Son collègue Yvan de Baets, de la Brasserie de la Senne, nous a même confié que sans le père Cantillon, il ne serait pas brasseur.

Cantillon, Dupont? Ce ne sont pas les noms qui nous viennent en tête quand vient le temps de parler bière belge. «L'archétype de la bière belge est la trappiste, on ne va pas contester ça», déclare d'emblée Marc Lemay, directeur commercial chez Dubuisson, la plus vieille brasserie familiale de Wallonie. «Mais la culture de la bière belge n'a pas été créée uniquement par les trappistes.»

Ainsi, pendant que les pères des abbayes d'Orval, de Chimay, de Rochefort, de Westmalle et de Westvleteren définissaient le goût typique de ce que plusieurs appellent aujourd'hui la bière de type belge, il existait en parallèle d'autres brasseries qui se distinguaient à leur façon. Et qui le font encore aujourd'hui plus que jamais.

Brasserie Dubuisson

Dubuisson brasse depuis 1769, et sa bière phare, la Bush ambrée, existe depuis 1933. Créée à l'époque dans le style des ales anglaises, elle conserve à ce jour la même recette et utilise la même levure. Cette dernière est utilisée encore aujourd'hui dans toutes les bières développées par le propriétaire et héritier actuel, Hugues Dubuisson.

Une nouvelle salle de brassage, en construction, en fera l'une des plus importantes brasseries indépendantes de Wallonie. Néanmoins, les gens de Dubuisson restent conscients de leur héritage, même si on s'est ouvert à la nouveauté; en créant par exemple des bières comme la Cuvée des Trolls, qui s'adresse davantage à une clientèle jeune. «Dubuisson veut continuer à être indépendant et profite aussi à plein de la bonne santé du marché de la bière spécialisée en Belgique, admet Marc Lemay. Mais on ne se laisse pas transporter par la vague. On est très créatifs, tout en étant près de notre passé.»

Brasserie Dupont

Chez Dupont, pas très loin de chez Dubuisson, Olivier Dedeycker, 47 ans, représente la quatrième génération de la famille qui a acheté en 1920 une ferme-brasserie. On y brassait depuis 1844 une Saison, une bière légère à l'amertume bien prononcée, très désaltérante, comme l'aimaient les ouvriers dans les champs à l'époque. La Saison Dupont est devenue la référence des bières de ce type, maintenant brassées un peu partout dans le monde, y compris au Québec.

Dupont propose évidemment d'autres bières, mais la Saison est redevenue depuis peu le produit le plus prisé de sa gamme. Une surprise. «Même en Belgique, la bière de type Saison est peu connue, reconnaît Olivier Dedeycker. Il lui est arrivé de souffrir d'une connotation négative; il y a 25 ans, on ne la brassait plus. Mais on assiste à un retour de l'authenticité.»

Brasserie Cantillon

Si Dupont rime avec Saison, Cantillon rime avec gueuze. Bière acide et amère unique en son genre, elle n'est brassée que dans la vallée de la Senne, tout près de Bruxelles, en raison des quelque 80 levures qui y existent à l'état sauvage.

La gueuze est le résultat d'un assemblage de lambics (issus d'un procédé de fermentation spontanée) de différents âges, ce qui lui confère une effervescence «façon» champagne. «Il faut être attentif lors des différentes étapes de brassage, notamment lors du suivi de la fermentation. Mais je n'estime pas mériter le titre de maître brasseur, soutient modestement Jean van Roy, le jeune patron chez Cantillon. En fait, je travaille en collaboration avec les lambics, je respecte mon produit: mon rôle consiste à gérer les assemblages.»

Un rôle qui s'étend à faire découvrir à des amateurs ses précieuses boissons, lesquelles ont obtenu un statut quasi mythique chez les adeptes. L'an dernier, 43 000 personnes sont passées par la brasserie, si bien que Cantillon ne peut plus répondre à la demande. «Travailler ici est certainement une vocation. Mais c'est plus facile aujourd'hui, car il faut simplement savoir dire non, dit Jean van Roy. Dans les années 80 et 90, Cantillon était fortement dans le rouge. Mais après avoir vu mes parents se battre pour sauver la brasserie, c'était normal de continuer.»

C'est ça, l'esprit de famille en Wallonie.



Ma signature

Hagel
En dégustation


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures liquides Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 1107
Houblons (gr): 194
Estime: 192
Activité: Tout Grain
Récup levures: oui
Culture du houblon: oui
Bière préférée: Toccalmatto
Matériel: Récupération

Revenir en haut Aller en bas

Biere Maison Re: Brasserie Dupont

Message par Hagel le 02.10.13 8:28

Huit bières wallonnes rassemblées dans un coffret pour mieux s'exporter
Un coffret-cadeau "Trésors de Wallonie", issu d'une association de plusieurs brasseries
wallonnes, a été présenté mardi à Beez.

L'objectif est de véhiculer une image de marque moderne et évolutive, au travers de la Wallonie et de ses richesses, pour ouvrir les portes à l'international. Les brasseurs participants espèrent écouler entre 25.000 et 30.000 coffrets cette année encore. Huit bières sont proposées: Saint Feuillien Triple (Le Roeulx), Val-Dieu (Aubel), Saison Dupont (Tourpes), Bush Ambrée (Pipaix), Scotch Silly (Silly), Blanche de Namur (Purnode), Barbar Blonde (Quenast) et Super des Fagnes Blonde (Mariembourg).

Le principe est "s'associer pour mieux réussir" car "le milieu de l'exportation est vaste et difficile", selon Frédéric Adant, de la Brasserie des Fagnes. "Chaque brasserie reste dans sa région, isolée, essayant de faire découvrir ses produits. Il faut beaucoup d'énergie et de temps pour tenter de vendre quelques palettes de produits", explique-t-il.

Concrètement, chaque brasserie est en charge de trois pays sélectionnés et permet, par l'introduction de ce coffret chez un importateur, de faire rentrer les autres brasseries sur les marchés prospectés. Des contacts sont en cours dans 25 pays.

"Le coffret dégage une impression de Wallonie unie, fière de son appartenance belge, qualitative, moderne et ouverte au monde", ajoute Frédéric Adant. Une fresque reprend au dos des éléments représentatifs de la Wallonie. Via un QR Code, ces éléments, repris en trois langues, permettront aux visiteurs virtuels de mieux connaître la Wallonie.

Les bières changeront chaque année pour continuer à surprendre importateurs, magasins et consommateurs.






Ma signature

Hagel
En dégustation


J'utilise le chauffage au gaz. Plutôt levures liquides Fermentation haute J'ensemence directement dans le fût. J'embouteille le plus souvent en 75 cl
Messages: 1107
Houblons (gr): 194
Estime: 192
Activité: Tout Grain
Récup levures: oui
Culture du houblon: oui
Bière préférée: Toccalmatto
Matériel: Récupération

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum